MWC 2017 : moins de mobile, plus d’IoT, mais toujours autant de monde !

Le Mobile World Congress ne devrait-il pas changer de nom ? En effet, s’il dispose bien de tous les attributs d’un salon international, avec un visitorat toujours aussi nombreux, il s’avère plutôt décevant quant à son contenu « mobile ».

Faute de nouveautés véritablement fonctionnelles en la matière, les innovations dévoilées concernaient davantage l’IoT et tous les nouveaux usages qui en découlent. Certains usages qui ne seront toutefois envisageables qu’à la condition de la maîtrise du réseau ultime, la 5G : grande star de l’événement barcelonais.

Mobile : des améliorations certes, mais trop peu d’innovations

Annonces de nouvelles sorties mobiles... finalement avortées ; mise en lumière de « nouveautés » mobiles... vieilles d’une année ; retard dans le déploiement des écrans flexibles... toujours à l’état de prototypes ; ... le Mobile World Congress se veut pour le moins déceptif cette année, manquant cruellement d’innovations fonctionnelles en matière de devices.  En effet, concentrée pour l’essentiel sur les capacités de stockage, l’autonomie de la batterie ou encore la résolution des optiques photos, l’innovation semble bel et bien avoir changé de prisme, désormais plus proche d’une simple optimisation de l’existant que d’une véritable révolution des usages. Ces derniers seraient-ils aujourd’hui parfaitement matures ? C’est bien ce que semblent penser les opérateurs télécoms, plus que jamais à la recherche de  nouveaux relais de croissance économiques portés notamment par l’IoT.

L’IoT : prolongement naturel du Smartphone ?

Le mobile semble en outre présenter aujourd’hui bien peu d’opportunités économiques pour les opérateurs, puisque désormais accessible par le consommateur en dehors de tout contrat, et atteignant les limites évidentes de ses potentiels d’usage. Aussi, ces derniers investissent massivement dans l’IoT, tendance phare d’un secteur d’ores et déjà grandement préempté par de jeunes pousses telles que Lora ou Sigfox, pour ne citer qu’elles. Leur enjeu affiché : se positionner rapidement sur l’IoT et conserver de fait la maîtrise absolue de leurs réseaux ! Pour ce faire, il s’agira de réunir deux mondes paraissant aujourd’hui incompatibles : celui des réseaux bien-sûr, et celui des plateformes IoT qui ne cessent d’émerger de toute part. Cette course effrénée à l’innovation entre tous les acteurs, isolés dans leurs projets, fait malheureusement fi d’une standardisation pourtant nécessaire à une connectivité optimale des objets et services. Les solutions devront pourtant être trouvées rapidement, en ce que l’IoT investit chaque jour davantage notre quotidien, qu’il s’agisse de domotique, de retail, de mobilité ou de santé…

La 5G : notre seul salut ?   
Que l’on parle performance mobile, usages, ou IoT, toutes ces innovations ne sauront toutefois être rendues possibles que par la maitrise totale de la célèbre 5G : un véritable défi pour les acteurs télécoms, qui voient en elle le réseau ultime, offrant notamment un volume de données téléchargées 1 000 fois plus rapide que notre actuelle 4G. Ce débit considérable est promesse de temps de latence performants, mais aussi et surtout du contrôle de la densité et de la priorisation de la bande passante. En d’autres termes, la 5G permettra par exemple d’accorder des parts de réseaux plus importantes aux services d’urgence, et en parallèle un volume de données plus conséquent à un véhicule connecté. A chaque besoin son réseau en somme ! Mais les opérateurs nous rappellent que nous devrons attendre 2020 pour en voir son déploiement généralisé… 3 années durant lesquelles le Mobile World Congress tendrait à devenir davantage un « CES européen » qu’un « salon mobile »…
 

Smartphone / 4G