Microsoft à son tour accusé de conserver les données de géolocalisation

L'éditeur de l'OS mobile Windows Phone 7 fait l'objet d'une action collective aux Etats-Unis. Il est accusé de conserver les données de localisation géographique de ses utilisateurs sans son consentement.

Après Apple et Google, c'est au tour de Microsoft d'être pointé du doigt pour ses pratiques en matière de géolocalisation. L'éditeur du système d'exploitation mobile Windows Phone 7 (WP7) est poursuivi en justice dans le cadre d'une action collective ("class action"). Selon cette plainte, déposée devant un tribunal fédéral de Washington, Microsoft enregistrerait la position des téléphones équipés de son OS mobile sans le consentement des utilisateurs lorsque son application appareil photo serait ouverte.


Les plaignants accusent Microsoft de continuer à collecter des données de localisation géographique même lorsque le propriétaire du téléphone a explicitement indiqué ne pas vouloir être suivi à la trace. Lors du premier lancement de l'application appareil photo de WP7, l'utilisateur est invité à dire s'il souhaite ou non que les données relatives à son positionnement soient collectées. Or la plainte affirme que ce logiciel a été intentionnellement conçu pour ignorer les réponses négatives. Le document prête à Microsoft l'intention de bâtir à l'aide de ces données une plate-forme publicitaire mobile géolocalisée.


Cette affaire intervient quelques mois après des polémiques similaires ayant touché Apple et Google. Pointé du doigt, Apple avait reconnu quelques dysfonctionnements concernant le stockage de données géographiques sur les iPhone et iPad 3G (lire l'article Apple s'explique sur l'usage de données de localisation, du 28/04/2011). Google avait de son côté rappelé que cette collecte est conditionnée par une procédure d'opt-in (lire l'article Google aussi conserve les données de localisation des utilisateurs Android, du 22/04/2011).

 

Microsoft / Juridique