Google suspecté d'abus de position dominante en Italie


S'ils ne veulent pas apparaître dans Google News, les éditeurs n'ont d'autre choix que de ne plus être indexé par le moteur de recherche. Un chantage au blacklistage qui inquiète l'Autorité de concurrence.

L'Autorité de la concurrence italienne a annoncé ce jeudi 28 août avoir ouvert une enquête contre Google qu'elle suspecte d'abuser de sa position dominante. Cette procédure fait suite à une plainte de la Fédération italienne des éditeurs de journaux visant Google News.

Ceux-là estiment en effet qu'en plus de ne pas être rémunérés par Google pour diffuser leurs contenus, leurs propres sites n'attirent pas autant de visiteurs qu'ils le pourraient, une partie de ces derniers ayant connaissance des titres des journaux en consultant Google News et n'ont pas besoin de visiter les sites des titres de presse.

Selon eux, Google abuserait de sa position dominante puisque lorsque les éditeurs lui demandent d'être déréférencés de Google News, Google leur propose seulement de les déréférencer de son moteur de recherche. Ce qui aurait comme conséquence de faire disparaître ces sites des résultats du moteur de recherche...

Pour l'autorité de concurrence italienne, il s'agit donc de vérifier que "ces comportements de Google, rendus possibles par sa prédominance incontestée comme moteur de recherche, ne nuisent pas à la concurrence du marché des recettes publicitaires en ligne". L'Autorité veut également s'assurer que ces comportements de Google n'ont pas pour résultat de "consolider" sa position d'intermédiaire pour la publicité en ligne, rapporte l'AFP.

Google / Moteur de recherche