L'INA attaque Youtube pour lui imposer sa solution de filtrage


L'Institut national de l'audiovisuel remet en question les technologies de filtrage du site de partage de vidéos de Google.

Après avoir attaqué Youtube pour contrefaçon devant le tribunal de Créteil, l'Institut national de l'audiovisuel (INA), vient d'entamer une nouvelle procédure judiciaire à l'encontre du site de partage de vidéos de Google. Selon "Les Echos", l'INA affirme que plusieurs centaines d'images d'archives de la télévision française, dont elle détient les droits, se retrouvent sur Youtube sans son consentement.

Concrètement, l'INA conteste l'efficacité de "Video ID", le système de filtrage développé par Youtube pour empêcher qu'un contenu protégé par le droit d'auteur se retrouve sur la plate-forme sans l'accord de son ayant-droit. L'INA demande en fait à ce que Youtube utilise sa propre technologie d'empreinte vidéo, "Signature".
"Nous considérons que cette technologie de filtrage n'est pas opérante et nous avons saisi un juge pour qu'il le constate", explique le directeur juridique de l'INA, Jean-François Debarnot aux "Echos". L'INA pourrait abandonner sa plainte pour contrefaçon si YouTube accepte d'utiliser Signature.

TF1, Canal+, EuropaCorp ou encore TDF utilisent déjà la technologie de filtrage de l'INA. Signature est fournie presque gratuitement à l'ensemble des ayants-droits. Mais les sites de partage de vidéos tels Dailymotion ou Youtube doivent payer pour l'utiliser. Ce que la plate-forme vidéo de Google refuse. Youtube revendique de son côté plus de 300 partenaires pour sa propre technologie fournie gratuitement, parmi lesquels Sony BMG, l'AFP, France 24 ou la RAI. Les premières plaidoiries sont attendues en février 2009.

Google / Tf1