Dossier Comment le secteur du divertissement intègre Facebook dans sa stratégie d'acquisition

Dans le cadre du baromètre Facebook pour le mois de mai, réalisé en partenariat avec Graph Insider, le JDN s'est intéressé au secteur du divertissement et plus spécifiquement à deux pôles : les jeux-videos et les parcs d'attractions & musées.

Le secteur des jeux-vidéos a ceci d'atypique qu'il se décline généralement via des franchises de jeux (et non des studios d'animations) et qu'il s'appuie sur un noyau de fans très engagés pour porter les conversations. "On est vraiment dans l'auto-régulation, explique Antoine Ripoche, directeur associé chez Graph Insider. Exception faite de Playstation, les community managers ne répondent quasiment pas à leurs utilisateurs." Le taux d'animation flirte le plus souvent avec les 0%.

les 5 plus grosses pages fans classées selon leur taux d'engagement.
Les 5 plus grosses pages fans classées selon leur taux d'engagement. © Graph Insider

L'enjeu principal reste de générer des ventes de manière indirecte.

"Branding, présence à l'esprit et stratégie de différenciation sont autant d'objectifs à travailler dans cette optique", explique Antoine Ripoche. Le meilleur exemple est celui de la Xbox qui détient un taux d'engagement unique de 4,6%. Avec un volume de publications relativement important, qui s'établit à 50 pour le mois de mai. Les plus de 700 000 fans que compte la page ne pèse toutefois pas très lourd face à ceux du numéro un du genre, EA Sports FIFA France, qui avec plus de 2 millions de fans et une croissance toujours au rendez-vous, de + 4,9%, domine la catégorie de la tête et des épaules. Reste que le jeu de football a plus de difficultés à mobiliser sa communauté, avec seulement 0,9% de taux d'engagement.

Autour du même sujet