E-pub : le digital est désormais le 2e media en France, devant la presse Mobile, social et vidéo : le tryptique gagnant

Ce n'est pas forcément une surprise et c'était même attendu depuis longtemps. Ne boudons toutefois pas notre plaisir face à l'accélération de la croissance du mobile en France. Elle s'établit cette année à 77% contre 57% en 2013 et 20% en 2012. Le mobile pèse donc désormais 14% du marché digital en France... ce qui reste néanmoins inférieur aux pays comparables. Le ratio est ainsi de 23 et 222% au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Preuve, cette année encore, du sous-investissement notable du marché au regard du temps passé par les utilisateurs devant leur écran mobile (35% du temps passé devant un écran quel qu'il soit).

entre temps passé et investissements consacrés, l'écart reste réel sur mobile.
Entre temps passé et investissements consacrés, l'écart reste réel sur mobile. © Observatoire de l'e-pub

Le display mobile est surtout la chasse gardée des réseaux sociaux

Alors que l'Observatoire estime que sa croissance passera par celle du m-commerce, des offres de géolocalisation, des formats interactifs, un acteur apparaît également comme incontournable dans ce nouvel écosystème : les réseaux sociaux qui réussissent à monétiser ce basculement des audiences par des formats natifs et un ciblage créateur de valeur. La croissance des investissements display mobile en leur sein a ainsi été de 175% entre 2013 et 2014 (contre 37% pour le reste des espaces). Au total, les réseaux sociaux ont capté 41% des investissements display mobile en 2014. Facebook est le meilleur exemple de cette transition réussie. Il réalise déjà près de 60% de son chiffre d'affaires publicitaire sur ce device.

"C'est un vrai challenge pour les éditeurs traditionnels qui sont clairement à la traîne sur le sujet, note Sébastien Leroyer de PWC. Un challenge d'autant plus important que l'autre levier mobile, le search, est lui déjà occupé par Google. Aux médias traditionnels donc de trouver leur place dans ce nouveau paradigme.  

Cette tendance aux formats natifs mobiles, couplée avec l'explosion de la vidéo, achève quoi qu'il en soit d'enterrer la bannière display traditionnelle. Les investissements sur ce format ne cessent de chuter (-6%) en 2014 alors que dans le même temps ceux à destination de la vidéo croissent de 65%. Cette dernière pèse désormais 28% du display (la moyenne mondiale est à 18%). "Aujourd'hui, 57% des campagnes sont multi-écrans, explique Jean-Luc Chétrit. La vidéo online se décline facilement à partir des formats existants en TV et permet de répondre aux besoins des consommateurs, qu'il s'agisse de consommer des contenus de marques ou de rechercher du serviciel."

répartition du display.
Répartition du display. © Observatoire de l'e-pub

Etats-Unis / Media