L'ex-PDG d'Orange condamné à 10 000 euros d'amende

Michel Bon, ancien PDG de France Télécom qui a démissionné en 2002, laissant derrière lui des pertes cumulées de plus de 20 milliards d'euros, a été condamné le 25 juillet par la cour de discipline budgétaire et financière (CDBF) à une amende de 10 000 euros pour sa gestion trop opaque du groupe. Il a été reconnu coupable d'infractions aux règles d'information du conseil d'administration et de l'Etat, alors actionnaire majoritaire de l'opérateur télécoms, lors de prises de participations dans trois concurrentes étrangères  : l'allemand MobilCom, l'américain NTL et le néerlandais Equant.

L'amende est toutefois très inférieure aux 180.000 euros requis par le procureur général, et l'accusation de gestion négligente ayant entraîné un préjudice grave a été écartée. La CDBF a reconnu des circonstances atténuantes, principalement des "défaillances" de gouvernance "imputables à l'Etat" dans la gestion de ses participations dans des sociétés. Elle a aussi jugé que les administrateurs de France Télécom avaient "toujours adopté les délibérations qui leur étaient soumises, sans s'y opposer", y compris sur l'opération MobilCom, et que l'Etat actionnaire n'avait "guère donné d'instruction aux administrateurs".

Michel Bon dispose de deux mois pour faire appel de cette décision devant le Conseil d'Etat.

Conseil d'administration

Annonces Google