L'UE critique le régulateur des télécoms espagnol sur l'ADSL

La Commission européenne a informé le 13 novembre le régulateur espagnol des télécommunications qu'elle nourrissait de "sérieux doutes" au sujet de sa proposition de ne plus contraindre l'opérateur dominant du pays, Telefonica, à partager son réseau avec d'autres FAI tels que Vodafone ou France Télécom.

Jusqu'ici, Telefonica avait obligation de fournir des services ADSL à ses concurrents en Espagne à des prix de gros fixes. Le mois dernier, la CMT (Comisión del Mercado de las Telecomunicaciones) avait dit que les concurrents de Telefonica devaient négocier des "prix raisonnables" avec l'opérateur espagnol dans les zones où l'ex-monopole public disposait d'une part de marché inférieure à 36,5 %. Le régulateur avait ajouté qu'il continuerait à déterminer le niveau des prix de gros dans les régions où la concurrence est moins développée. La Commission européenne voit également d'un mauvais oeil la décision de la CMT de ne pas contraindre Telefonica à partager un nouveau réseau de fibre optique.

L'exécutif européen, qui est l'autorité de régulation suprême dans le secteur des télécoms des 27 pays de l'Union européenne, est en mesure d'opposer son veto aux propositions d'un régulateur national. Le régulateur espagnol a deux mois pour faire évoluer sa position.

Telefonica / Part de marché