Un euro partout, match nul entre Xavier Niel et Martin Bouygues

Les deux patrons se sont chacun vus condamnés à verser un euros de dommage et intérêts à l'autre pour dénigrements.

Le tribunal de commerce de Paris renvoie dos à dos les patrons de Free et de Bouygues. Selon "La Tribune", Xavier Niel et Martin Bouygues ont chacun été condamnés à verser un euro à l'autre pour dénigrement. Fin 2010, le groupe Bouygues avait attaqué la maison mère de Free, Iliad, reprochant à Xavier Niel d'avoir dénigré Bouygues Telecom dans une interview à BFM. "Nos concurrents ne sont pas capables d'inventer. Le seul qui est capable de bouger, c'est France Télécom, c'est dire si les autres sont mauvais... On invente, les autres copient... Je qualifie ces acteurs de parasites, mais c'est mon avis" avait-il expliqué, ajoutant que ces propos allaient lui valoir "une mise en examen".


En retour, Iliad avait attaqué Bouygues un mois après, reprochant à son patron des propos publiés dans "Les Echos" en 2008. "Free est bien plus profitable que Bouygues Telecom. Si l'on veut plus de concurrence et faire baisser les prix pour le consommateur, Free serait donc déjà bien inspiré de réduire un peu ses marges sur l'ADSL avant de penser à venir sur le mobile. Et déployer un réseau 3G pour un milliard d'euros, comme l'affirme Free, me paraît impossible, sauf à faire le coucou sur le réseau des opérateurs en place." Pour justifier sa plainte, Free avait précisé qu'un coucou est "un oiseau parasitaire connu pour s'approprier le nid des autres." Selon La Tribune, les patrons des deux opérateurs télécom entretiennent des "rapports exécrables".

 

Free / Bouygues Telecom