Ces grandes tendances qui font bouger les lignes de l'e-tourisme Le dépackaging, conséquence de l'essor des low cost

L'une des grandes tendances qui caractérisent l'e-tourisme actuellement est le dépackaging, estime Frédéric Pilloud, directeur marketing et commercial d'Opodo. "Nous vendons toujours autant de vols et de plus en plus d'hôtels et de voitures de location, mais ils sont de moins en moins packagés." Ceci pour deux raisons. D'abord, les packages sont en grande partie commercialisés par des tour-opérateurs (TO). Or ceux-ci, souvent peu rentables, préfèrent depuis deux ans environ réduire leur stock pour ne pas avoir à déstocker massivement en dernière minute. Leur chiffre d'affaires s'en ressent, mais leur rentabilité s'améliore. D'autre part, les consommateurs ont pris l'habitude, sur Internet, de construire eux-mêmes leur voyage. "Avant, il était courant de prendre un séjour d'une semaine au Maroc tout compris avec Marmara. Aujourd'hui, on déniche le vol le moins cher et on se fait davantage plaisir sur l'hôtel, en consacrant à chaque fois du temps pour sélectionner la bonne offre", explique Frédéric Pilloud.

frédéric pilloud, directeur marketing et commercial d'opodo
Frédéric Pilloud, directeur marketing et commercial d'Opodo © S. de P. Opodo

D'autant que sur les destinations où les compagnies aériennes se livrent une concurrence féroce, comme sur le bassin méditerranéen, les prix sont accessibles et le client peut trouver son vol lui-même. Désormais, le rôle du tour-opérateur se justifie davantage sur les destinations moins desservies où il peut affréter un avion et proposer un prix plus intéressant. "Et en particulier où les compagnies low cost sont absentes, comme vers les Caraïbes", précise Fabrizio Giulio chez Expedia.

Le directeur général du site constate logiquement une bonne progression des packages dynamiques. Constitués par les internautes eux-mêmes, ils sont en croissance de 35% à 40% par rapport à l'an dernier sur Expedia.fr. "Gagner en compétitivité par rapport aux tour-opérateurs nécessite l'expansion des low cost, qui permet d'intégrer certaines destinations traditionnelles des TO aux packages dynamiques", ajoute-t-il, après avoir ajouté trois compagnies à bas prix sur Expedia en 2013.

Fabrizio Giulio remarque en outre que l'essor des low cost conduit aussi les hôtels à proposer des prix préférentiels, qui alimentent encore le succès des packages dynamiques. "Dans une période où l'économie souffre, les hôtels sont incités à nous accorder des remises par rapport à leurs tarifs officiels. Le client ne verra pas d'où vient la remise et cela n'affectera pas leur image ni leur positionnement."

Low cost