IoT : Engie va connecter l'ensemble de ses actifs industriels

L'énergéticien, qui lance sa Digital factory, veut optimiser sa production et utiliser la maintenance prédictive pour limiter les pannes. Il commence avec ses 543 éoliennes.

Engie commence à connaître les moindres faits et gestes de ses 543 éoliennes, réparties dans six pays. "Nous avons lancé ce projet baptisé Darwin pour optimiser notre système de production et limiter au maximum les pannes. Mais le parc éolien n'est qu'une première étape. Nous allons connecter l'ensemble de nos actifs industriels dans un temps court", a confié au JDN Yves Le Gélard, directeur général adjoint, CDO et DSI du groupe dans le cadre du lancement le 23 juin de la Digital factory, une entité d'Engie dédiée à la transformation digitale dont il est également responsable.

L'IoT est l'un des cinq axes sur lesquels se concentre Engie au sein de sa nouvelle structure

L'IoT est l'un des cinq axes sur lesquels se concentre l'énergéticien au sein de cette nouvelle structure, qui regroupe pour le moment une centaine de personnes (la moitié sont des salariés d'Engie et les autres de partenaires extérieurs). Pour avancer rapidement dans ce nouveau champ, la société a décidé de s'appuyer sur l'expertise d'un partenaire expérimenté : C3 IoT.

Fondée en 2009 en Californie, C3 IoT met à disposition de ses clients une plate-forme de développement d'applications IoT, basée dans le cloud d'Amazon Web Service. Depuis sa création, elle s'intéresse au monde de l'énergie et a par exemple travaillé avec l'énergéticien italien Enel, qui a connecté la quasi-totalité de ses actifs industriels. "Nous avons collecté et analysé grâce à des outils de traitement du Big Data et à du machine learning plus de 750 térabits de données chez eux", résume Thomas Siebel, PDG du spécialiste de l'Internet des objets.

Chez Engie, C3 IoT va concrètement regrouper et traiter les informations émises par les capteurs installés sur les éoliennes. L'objectif ? Savoir combien chacune émet d'électricité. "En comparant les données de différentes éoliennes, nous pourrons savoir s'il y a des réglages à faire, comme une réorientation d'un ou deux degrés des équipements afin qu'ils soient plus productifs", détaille Yves Le Gélard. L'analyse de ces data permettra également à Engie de prévoir à l'avance les pannes, pour effectuer les réparations nécessaires avant le blocage total des appareils.

C3 IoT veut lancer avec Engie 40 projets IoT à grande échelle dans 24 unités opérationnelles

Le groupe veut in fine optimiser sa production et utiliser la maintenance prédictive sur l'ensemble de ses équipements (centrales de production d'énergie, barrages hydrauliques...). "Plusieurs projets pilotes prouvent que le taux d'utilisation des installations peut augmenter de plusieurs pourcents grâce à l'IoT. Cela semble faible mais à l'échelle d'une centrale électrique, les retombées économiques sont très importantes", explique le DGA.

Mais Engie ne veut pas se contenter de connecter son système de production. "L'IoT résonne dans une autre famille d'usages centrale pour notre entreprise : celle de la relation avec notre client final. Nous voulons offrir aux particuliers des services supplémentaires, grâce à une série d'équipements communicants qui commencent à être installés dans leurs logements. Nous allons lancer un projet lié aux thermostats connectés, mais il est encore un peu tôt pour donner plus de détails", glisse Yves Le Gélard.

"Nous allons lancer un projet lié aux thermostats connectés"

Engie et C3 IoT ne sont pas débutants dans ce second domaine d'application de l'Internet des objets. Les deux entreprises travaillent ensemble depuis deux ans sur des solutions IoT visant à renforcer l'engagement des clients finaux et B to B de l'énergéticien. C3 IoT a développé une application d'analyse de données avec la filiale Ecometering d'Engie, qui vise à donner des outils de pilotage de la performance énergétique aux clients. L'objectif poursuivi est simple : renseigner la clientèle sur sa consommation d'énergie et lui donner des conseils pour la réguler. Engie a développé des algorithmes permettant de déterminer quels équipements sont en fonctionnement dans la maison (frigidaire, machine à laver, chauffage…). Il peut par exemple conseiller à ses clients, via une application mobile dédiée, de changer un chauffe-eau vieillissant si c'est nécessaire.

En tout, "nous voulons lancer chez Engie 40 projets IoT à grande échelle dans 24 unités opérationnelles différentes", précise le patron de C3 IoT Thomas Siebel. Les équipes de la Digital factory sont déjà au travail.

 

 

GDF Suez / IoT