Les start-up IoT misent sur le boom du marché des économies d'énergie

Grâce au déploiement des réseaux dédiés aux objets connectés et à la baisse des prix des capteurs, ce segment de l'IoT croît chaque année de 17% en moyenne en Europe.

Avec ses lignes électriques jaunes, ses conduites de climatisation bleues et ses tuyaux d'eau verts, le Centre Pompidou à Paris rend visible aux yeux des passants la consommation d'énergie d'un bâtiment. Spectaculaire. La technologie qui permettra très prochainement au musée de devenir un smart building capable de réaliser jusqu'à 30% d'économies d'énergie est, elle, plus discrète.

La jeune pousse Sensing Labs pose en ce moment même sur les compteurs d'eau, de gaz et d'électricité de l'immeuble une centaine de capteurs. Ils enregistrent et font remonter jusqu'au cloud les niveaux de consommation d'énergie, même lorsque les équipements sont anciens. "Notre système fonctionne avec de très vieux compteurs mécaniques. Grâce à un capteur optique, nous calculons le nombre de tours que réalise l'appareil pour mesurer la dépense énergétique", explique Yann Guiomar, PDG et fondateur de la jeune pousse créée en 2014 et basée à Montpellier.

Les clients de Sensing Labs s'appellent Bouygues Energies & Services, EDF, Vinci Energies...

"Nous nous sommes positionnés sur le marché de la remontée d'informations. Que le bâtiment soit couvert par un réseau Lora, Sigfox ou encore Zigbee, nous sommes capables de faire transiter la donnée. Nous travaillons ensuite avec des partenaires qui la mettent en forme via leurs applications", souligne le patron.

Enlighted, Beebryte, Ween, HDSN… Comme Sensing Labs, de nombreuses start-up tricolores se lancent sur le marché de l'efficacité énergétique. "La croissance annuelle moyenne dans ce secteur de l'IoT est de l'ordre de 17% par an en Europe", affirme Yann Guiomar. La vitalité soudaine de ce champ d'activité est liée au déploiement récent sur le territoire de réseaux IoT comme Sigfox ou LoRa, qui permettent de faire remonter des données qui étaient auparavant inaccessibles. Le développement de capteurs à bas coûts (Sensing Labs opère chacun de ses objets connectés pour un euro par mois) qui fonctionnent même avec des équipements énergétiques antédiluviens a également boosté le marché. Ils évitent aux entreprises et aux particuliers qui veulent réaliser des économies d'énergie de devoir changer à grands frais leur système de climatisation, d'éclairage ou encore de chauffage.

Les plus gros clients de Sensing Labs s'appellent Bouygues Energies & Services, Dalkia (filiale d'EDF) et Vinci Energies. En tout, une soixantaine d'entreprises testent actuellement sa solution de remontée de données. Ce qui attire ces sociétés spécialisées dans le bâtiment et l'énergie ? "La majorité des compteurs installés chez leurs clients finaux ne sont pas connectés. L'implémentation des Linky et autres Gazpar va prendre des années. Notre système permet à leurs clients de réaliser des économies d'énergie tout de suite", répond Yann Guiomar.

La dépense relativement limitée que demande l'installation des capteurs Sensing Labs permet un retour sur investissement immédiat lorsque de grosses anomalies énergétiques sont découvertes. "Nous avons permis à un lycée de l'Hérault qui a installé notre solution d'économiser 300 000 euros la première année", illustre le patron. L'abonnement est directement financé par les économies d'énergie.

"Les clients d'Enlighted réalisent entre 50 et 90% d'économies d'énergie sur l'éclairage sans avoir à changer leurs ampoules"

Fondée en 2009, la jeune pousse Enlighted est une pionnière du secteur en France. Sa plateforme de contrôle de la consommation d'énergie a d'ores et déjà convaincu plus de 200 clients dans le monde, comme LinkedIn, Barclays, Auchan, Carrefour, Tesla ou encore General Electric. Ces grands noms ont là encore été séduits par une solution IoT qui peut être installée sur du matériel existant.

Enlighted commercialise des capteurs de température, de luminosité, de présence et des actionneurs intelligents, qui peuvent par exemple être installés sur les luminaires présents dans les bureaux d'une entreprise. Lorsqu'une pièce est vide mais que la lumière est allumée, l'information remonte via le réseau IoT sans fil installé par la start-up et est traitée dans le cloud. La lumière s'éteint alors automatiquement. "Notre système fonctionne avec des lampes de n'importe quelle marque", pointe Stéphane Werba, vice-président de la pépite.

L'installation du système Enlighted demande tout de même l'intervention d'un électricien, qui dérive l'alimentation électrique des luminaires pour les relier aux capteurs. Mais à l'échelle d'une entreprise qui consomme des centaines de kilowatts d'électricité par an dans ses tours de bureaux, le jeu peut en valoir la chandelle. "Nous permettons à nos clients de réaliser entre 50 et 90% d'économies d'énergie sur l'éclairage sans qu'ils aient à changer leurs ampoules", indique Stéphane Werba. Enlighted travaille actuellement avec de nombreux fabricants de luminaires (Birchwood, Deco Lighting…) pour intégrer directement ses solutions dans leurs produits.

 

 

IoT