7 signes qui montrent que vous êtes peut-être un entrepreneur

Ryan Holmes décrit les traits de personnalité que beaucoup d'entrepreneurs partagent.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

Vous souvenez-vous de Jeff Foxworthy? Le comique qui a provoqué des remous dans les années 1990 avec sa blague (assez peu politiquement correcte) qui avait pour conclusion "Vous êtes peut-être un péquenot". Parmi les multiples déclinaisons de cette blague, par exemple: "Si vous possédez un logement qui est mobile et cinq voitures qui ne le sont pas… vous êtes peut être un péquenot".Inspiré par Jeff Foxworthy, j'ai commencé à réfléchir à la variante "Vous êtes peut être un entrepreneur" – en d'autres termes, des signes pas forcément évidents qui démontrent que vous avez peut-être ce qu'il faut pour endurer l'expérience excitante, douloureusement exigeante et mémorable de lancer votre propre entreprise.

Bien sûr, vous devez évidemment être passionné, batailleur et tout le reste. Mais d'autres qualités plus subtiles sont aussi essentielles. J'ai remarqué, à travers mon networking auprès d'autres entrepreneurs pour Hootsuite et mon travail avec des jeunes talents dans le contexte de ma fondation The Next Big Thing, que nous sommes beaucoup à partager les mêmes traits de personnalités. Donc, sans plus attendre, Vous êtes peut-être un entrepreneur si…


  1. Vous êtes agité et aucun accomplissement n'est véritablement satisfaisant. La plupart des gens se disent "J'ai réussi ! Je vais en profiter pour me reposer un peu" après avoir atteint un objectif. Un entrepreneur se demande plutôt "Génial, qu'est- ce qui est prévu ensuite ?". Prenez l'exemple de la défunte experte de la mode Coco Chanel. Elle a commencé par élaborer une simple collection de chapeaux avant de passer aux vêtements pour femme puis aux bijoux, aux accessoires et aux parfums. A sa mort en 1971, Chanel n'a pas seulement laissé derrière elle une marque emblématique mais aussi un business générant plus de 160 millions de dollars par an. Les entrepreneurs comme Coco Chanel ne s'arrêtent pas à leur première réussite. Ils sont constamment à la recherche du challenge suivant.
  2. Vous avez besoin de tout contrôler. Au cours de ma carrière, j'ai dû me forcer à maintenir un équilibre entre contrôler mon business et déléguer des responsabilités aux gens talentueux autour de moi. Il s'avère que bon nombre de mes amis entrepreneurs ont rencontré le même problème. C'est génial d'avoir un PDG attentif à tout ce qui se passe au sein de l'entreprise mais quand cette personne a besoin de se sentir impliquée à tous les niveaux, cela peut nuire au bon déroulement des opérations en étant une source de stress pour les employés qui ont justement été embauchés dans le but que le PDG n'ait pas à prendre toutes les décisions. Il peut être rassurant de se rappeler que des entrepreneurs à succès comme Elon Musk, Steve Jobs et Bill Gates ont tous été décrit comme des personnes ayant énormément de mal à déléguer.
  3. Vous êtes masochiste. En tant qu'entrepreneur, vous aimez forcément endurer un peu de douleur et faire face à beaucoup de risque. Réfléchissez au fait que 75% des nouvelles start-ups échouent. Qui d'autre qu'un masochiste se mettrait, de son propre chef, dans une position aussi défavorable d'emblée ? Et la situation ne s'améliore pas vraiment par la suite, du moins pas initialement. Vous aurez des problèmes d'argent. Vous travaillerez absolument tout le temps. Vous vous sentirez seul, parce que quand vos connaissances iront au cinéma ou faire la fête, vous serez encore à l'ouvrage… et souvent tout seul. Les serial-entrepreneurs – qui lancent et gèrent des business les uns après les autres – pourraient être considérés comme encore plus masochistes parce qu'ils abordent chaque nouveau projet à sachant exactement ce qui les attend.
  4. Vous avez un rapport ambigu à l'argent. Les entrepreneurs tombent généralement amoureux du fait de gagner de l'argent assez tôt dans leur vie. Warren Buffet, dans ses jeunes années, livrait le Washington Post et gagnait de l'argent en vendant n'importe quoi (balles de golf perdues, chewing-gum, timbres, magazines etc.) – et cela avant même d'avoir terminé le lycée. J'ai commencé par nettoyer les vitres d'entreprises locales et vendre des friandises sur des terrains de paintball quand j'étais à l'école primaire. Mais beaucoup d'entrepreneurs finissent par être moins motivés par l'argent que par la simple excitation qui accompagne le lancement d'un nouveau projet. J'avais déjà changé d'objectif en arrivant à l'université. Mon cursus de droit allait me permettre d'obtenir un emploi stable et bien rémunéré mais j'ai préféré arrêté mes études et ouvrir une pizzeria parce ce que cela me semblait être un challenge plus intéressant auquel je pouvais faire face à ma manière.
  5. Vous êtes un marginal et avez peut-être même arrêté vos études. De nombreux entrepreneurs se décrivent comme des gens qui s'intègrent mal aux foules. C'est effectivement le sentiment que j'avais au lycée. Les exemples d'entrepreneurs à succès qui ont quitté le lycée ou l'université avant d'avoir terminé leur cursus ne manquent pas: le géant du monde technologique Bill Gates, les milliardaires Ted Turner, Li Ka-shing et Richard Branson, le fondateur de McDonald's Ray Kroc etc. Bien qu'il ne soit pas toujours facile d'être un marginal, c'est précisément ce trait de personnalité – voir les choses avec un point de vue différent – qui peut permettre d'influencer la société et d'encourager l'innovation.
  6. Les gens pensent que vous êtes fou. Parce que les entrepreneurs ont tendance à avoir un mode de réflexion bien particulier, leurs ambitions peuvent sembler folles pour leur famille et amis. Prenez, par exemple, Ruth Handler, qui a créé la poupée la plus connue au monde: Barbie. Dans les années 1950, elle fut lourdement critiquée (même par son mari) pour avoir proposé une poupée ressemblant plus à une adulte qu'à un bébé ou une enfant. L'idée lui est venue en voyant sa fille jouer avec des poupées en carton qui ressemblaient à des adultes. Ruth Handler a évidemment poursuivi son projet et nous connaissons la suite.
  7. Vous êtes quelque peu introverti. Pour mener un business, vous avez besoin d'être vraiment extraverti et d'avoir l'esprit commercial, n'est-ce pas ? Pas forcément. Il s'avère que quatre cadres dirigeants sur dix – y compris le PDG de Google et cofondateur de Google, Larry Page - se définissent comme introvertis. Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook est lui-aussi introverti. Des études ont démontré que les travailleurs introvertis favorisent plus la coopération et le travail de groupe que les travailleurs extravertis. Et les introvertis sont connus pour leur bonne capacité d'écoute, une qualité trop souvent sous-estimée mais qui est essentielle pour mener une équipe. Je ne connais pas beaucoup d'entrepreneurs bruyants ou qui ont souvent tendance à s'imposer, particulièrement en situations de groupe ou en réunions.   

Traduction par Shane Knudson, JDN
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme
Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouver la version originale en anglais ici.

Autour du même sujet