Logiciel immobilier : des évolutions majeures grâce à la technologie

Comment l'immobilier s'est vu transformé par le développement des techniques de stockage et des usages clients.

Les attentes des clients vis à vis des agences immobilières sont de plus en plus pointues : le simple site vitrine, et ses diaporamas monotones, est largement dépassé. Le temps des agences 2.0 est arrivé, avec son cortège d’applis et de logiciels immobiliers. Petit tour d’horizon des principales innovations du secteur qui prouvent que les avancées digitales se voient dans tous les secteurs.

La révolution cloud computing

C’est l’avancée majeure en termes de logiciel immobilier. Le cloud permet la dématérialisation et le stockage des informations sur Internet. Et s’il est un secteur qui produit de l’information, c’est bien l’immobilier : baux, contrats de gestion, états des lieux… Alors, c’est la fin de la paperasse en agence ? Presque. Imaginez : avec tous les documents disponibles au format numérique, les agents immobiliers peuvent conclure une vente n’importe où, via leur mobile ou leur tablette tactile. 

Un pépin, un contretemps ? Ils ont la possibilité de passer la main à un collègue sans aucune difficulté. Par ailleurs, le stockage sur le cloud permet un classement simplifié. Plus besoin de descendre aux archives pour retrouver un document datant de Mathusalem.

Et il n’est pas question que les clients ne profitent pas eux aussi de cette simplification. L’agent peut, via des accès sécurisés, partager avec eux tous les documents qui les concernent : compte-rendus de copropriété ou de visite d’acheteurs, quittances pour les locataires, etc.

Cerise sur le pudding : la signature électronique permet d’aller jusqu’au bout d’une démarche de dématérialisation. Disponible via des applications telles que DocuSign, la signature électronique rend possible des ventes de biens depuis un téléphone portable. Pour l’agent immobilier, qui passe la majeure partie de sa journée de travail en voiture, c’est une petite révolution.

                                              (image de http://immovateur.com/)

La géolocalisation s’affine

Si l’utilisation de la géolocalisation dans les logiciels immobiliers n’est pas en soi une nouveauté, cette technologie n’est pas moins en perpétuelle évolution et ses fonctionnalités se font toujours plus précises. Dans un premier temps, les professionnels de l’immobilier ont craint la géolocalisation pensant que le client pourrait trouver un bien sur une carte et contacter son propriétaire, doublant ainsi l’agence.

Pourtant, en utilisant au mieux cette technologie, la géolocalisation s’avère être un atout majeur. Elle permet pêle-mêle de :

-    Situer le bien par rapport aux infrastructures de santé, d’éducation, de culture

-   Sélectionner rapidement des biens par rapport aux zones souhaitées par le client

-   Présenter succinctement le produit (prix, surface, etc.) grâce à des options de pop-up apparaissant au survol de la souris

-    Comparer les biens en un seul coup d’œil

-   Effectuer une sélection plus complète en fonction du prix, de la surface ou de tout autre critère paramétré sur le logiciel immobilier choisi

De plus, pour éviter les courts-circuits, les agences peuvent rester floues quant à l’adresse du bien en se contentant d’indiquer des zones plus ou moins précises, comme l’explique cet article. La géolocalisation garde son sens sans trahir, le cas échéant, le contrat d’exclusivité de l’agence immobilière.

Star du logiciel immobilier, les applis mobiles font le plein

Que ce soit pour rencontrer l’âme sœur, pour consulter son compte en banque ou pour faire ses courses de la semaine, le téléphone (qui, rappelons-le, servait autrefois à téléphoner) est l’outil incontournable… eh bien, pour tout faire ! Pas question donc pour le secteur immobilier de se passer de son appli mobile. Ou de ses applis mobiles, puisque quasiment chaque agence propose sa solution. 

Pour le client, c’est tout bénéf : il peut sélectionner son bien, planifier ses rendez-vous pour les visites, recevoir des alertes sur l’état de la transaction… Pour les annonceurs, c’est une autre paire de manches. Il faut choisir pour son client la meilleure appli, celle qui sera à la fois simple d’utilisation, conviviale et pourtant complète. Certains sites proposent aux agences de créer elles-mêmes leur appli mobile. 

Tout comme la création maison d’un site internet, cette alternative est à prendre avec des pincettes. Le développement d’applis mobiles est un vrai travail, il vaut mieux le laisser à des professionnels du logiciel immobilier. Pour en être persuadé, il suffit d’évaluer le coût du temps que vous allez passer à développer une appli plutôt qu’à générer du chiffre d’affaires pour votre business. Ajoutez à cela un résultat qui ne fera jamais "pro" et vous trouverez que le DIY est toujours trop cher en matière de logiciel immobilier. Ici, un top 3 à suivre de près.


L’importance du design responsive

Toutes ces avancées technologiques, ces perfectionnements des logiciels immobiliers ne servent à rien si on passe outre le design responsive, ou design adaptatif. En effet, on peut ajouter toutes les applis dernier cri, les plus belles visites 3D et les meilleurs services de transaction en ligne, si le site ne s’adapte pas à tous les supports (téléphone, ordinateur, tablette tactile et demain, montres connectées…), l’effort sera nul. 

Pour que les différentes fonctionnalités d’un site puissent exprimer tout leur potentiel et donner pleine satisfaction au client comme à l’agence, le design adaptatif s’applique à permettre un affichage optimal quel que soit l’outil utilisé. Le design responsive, c’est la garantie d’avoir un site ergonomique qui s’adapte à tous les terminaux (ordinateur, tablette, smartphone). 

De plus, il permet de répondre à une recherche plus rapidement en n'affichant que les éléments les plus pertinents aux internautes. Pour les puristes, la version classique du site reste disponible pour les habitués au visuel original. Si vous souhaitez en savoir plus sur le responsive design, n’hésitez pas à consulter cet article.

Les visites virtuelles plébiscitées

Tout comme la géolocalisation, la visite virtuelle n’est pas complètement inconnue des agences immobilières. Mais l’expérience a beaucoup évolué depuis le simple diaporama qui faisait défiler des photos de plus ou moins bonne qualité et souffrant souvent d’un abus de grand angle. Désormais, et c’est justement lié à l’utilisation des smartphones et des tablettes, les agences mettent le paquet sur les visites virtuelles. Ou comment choisir sa maison depuis son canapé. Aujourd’hui, les visites virtuelles peuvent même se faire en compagnie d’un agent immobilier, bien réel lui. Ce qui constitue une solution à mi-chemin entre la visite virtuelle et la visio-conférence, comme l’explique cet article de immobilier2.0.com

Cette initiative va dans le sens de la dématérialisation tout en permettant à l’agent immobilier comme à l’acheteur de se mettre en contact dans la perspective sérieuse d’une signature de contrat. Une véritable étape dans le parcours d’achat, même si la visite virtuelle ne saurait tout à fait se substituer à la réalité. Pour aller encore plus loin dans le principe de la virtualité, on annonce pour très bientôt la démocratisation des visites en 3D, grâce au port de lunettes adaptées. Visiolab, la PME toulousaine qui produit ces lunettes, a d’ores et déjà fait du secteur immobilier son marché phare. A suivre !

Pour compléter ce tour d’horizon, il ne faut pas manquer de signaler la forte activité des agences immobilières sur les réseaux sociaux. Ils n’en sont pas moins largement intégrés dans les stratégies de développement et de communication des agences. C’est notamment l’occasion de mettre en avant des biens, d’interagir avec la communauté composée de collaborateurs et de clients pour développer son langage de marque.

Autour du même sujet