La puériculture et le monde du digital : on en est où ?

La numérisation croissante des foyers a influencé les méthodes de consommation notamment lorsqu'il s'agit de puériculture ! Où en est-on aujourd'hui ?

A l'ère du numérique, tous les domaines et, surtout, celui des relations humaines sont en pleine évolution. Il en va de même pour tout ce qui est relatif à la santé et aux soins. Mais en ce qui concerne bébé, où en est-on ? Quels changements le monde du digital a-t-il apporté à des domaines tels que la puériculture ? Voici quelques éléments de réponse.

La Digital Mum

Alors que pendant des années, les responsables marketing et autres concepteurs ou designers n'avaient d'yeux que pour la ménagère de 50 ans, c'est aujourd'hui le concept de Digital Mum qui les intéresse de plus en plus. L'idée que couvre cette dénomination est celle d'une mère hyper-connectée, notamment lorsqu'il s'agit de puériculture. Ce concept est originaire des États-Unis, l’appellation a d'ailleurs été déposée par WebMediaGroup en 2011. Leur objectif ? Cibler une nouvelle catégorie qui tend à s'élargir depuis 2007 et qui consacre l'avènement du numérique dans la relation parent-enfant.

Ce qui a marqué le groupe, c'est la démocratisation d'internet et des ordinateurs qui se sont installés dans la majorité des foyers. A partir de là, beaucoup de comportements ont évolué : les réponses à nos questions peuvent être trouvées par un simple clic, les courses ou les commandes se font de plus en plus par voie numérique et il est donc question d'apporter à cette population la réponse la plus efficace possible.

Que ce soit dans les domaines de la puériculture, du bien-être ou de la santé, ces Digital Mums cherchent de plus en plus à s'informer via le numérique. Leur portrait diffère de celui de la ménagère de 50 ans puisque ce concept désigne des femmes qui ont entre 25 et 49 ans – de quoi insister sur cette frontière que marque la cinquantaine. Leur présence sur des forums de discussion ou des sites de consommation collaborative est d'ailleurs en croissance continue : elles cherchent à s'informer quant aux différents moyens d'améliorer leur quotidien.

Cela recouvre aussi tout un panel d'intérêts qui ont largement évolué. Par exemple, des enjeux tels que l'éco-responsabilité, le besoin de faire des économies mais aussi de faire de plus en plus de choses par soi-même ont largement augmenté et de tels enjeux se retrouvent aujourd'hui au cœur de tous les marchés, y compris celui de la puériculture, pour qui elles représentent la source de demande la plus fiable.

Une numérisation même pour bébé

Ce qui a intéressé les différents groupes ou marques, ce sont les évolutions dans la consommation de ces Digital Mums. Ainsi, elles sont par exemple 18 % à n'utiliser internet que pour y trouver des réponses concrètes à des problèmes épisodiques. 26 % d'entre elles voient en internet une solution pratique pour effectuer leurs achats les plus courants – courses ou accessoires de puériculture, ou pour s'acquitter des tâches administratives. En revanche, 56 % d'entre elles ne se servent pas d'internet que pour une utilisation épisodique. Au contraire, elles y voient un moyen efficace d'obtenir des informations capables d'améliorer leur quotidien, que ce soit via des blogs, des tchats ou des forums sur lesquels elles trouvent les réponses pour transformer leur quotidien sur le long terme.

Et, bien sûr, ce qui intéresse principalement ces mères, c'est la santé et le bien-être de bébé. Même si pendant très longtemps, on a pu constater une certaine réticence à se servir du numérique lorsqu'il s'agissait de bébé, la puériculture a bel et bien fini par accéder à ces nouvelles plates-formes. Désormais, tout ce qui touche à l'univers de bébé peut avoir sa place sur le net. Qu'il s'agisse des accessoires ou objets liés à la puériculture ou, plus largement, de questions relatives à son bien-être et à son équilibre.

De plus en plus de mères préfèrent aujourd'hui passer par des sites de vente entre particuliers pour offrir à bébé les accessoires dont il a besoin. Que ce soit pour acheter une poussette, un landau, un siège bébé pour la voiture, ou même des vêtements, elles sont de plus en plus nombreuses à passer par des sites de revente plutôt que d'acheter en neuf. L'intérêt pour les parents est double : il est d'abord économique, ce qui est l'un de leurs soucis principaux, puisque le fait d'avoir un enfant reste un investissement ; ensuite, c'est aussi la possibilité de pouvoir échanger avec d'autres parents afin d'avoir un écho quant à tel ou tel modèle de poussette ou de siège auto.

Les réseaux sociaux sont bien évidemment concernés par ces évolutions dans le domaine de la puériculture : il existe de nombreuses pages concernant des profils différents sur lesquels les parents peuvent se connecter pour échanger les uns avec les autres. La plupart permettent aussi aux parents de mettre en ligne leurs annonces concernant les objets ou accessoires qu'ils souhaitent vendre ou échanger. Puisque bébé grandit vite, il est intéressant de pouvoir échanger des accessoires ou vêtements pour bébé avec des objets pour les plus grands.

Des avancées technologiques

Le plus important pour les parents est de limiter les sources d'angoisse et d'inquiétude. Les nouvelles technologies ont permis quelques avancées dans ces domaines en permettant aux parents d'être de plus en plus au courant de la santé de bébé sans passer par un médecin, ou en permettant de développer des moyens et des technologies de plus en plus surs.

Le premier impact de cette numérisation de l'univers familial est d'abord de permettre aux différentes marques d'être plus proches des soucis et problèmes rencontrés par les parents et donc de développer des produits qui répondent mieux à leurs attentes. Contrairement à ce que l'on pense, les entreprises passent aussi par les réseaux sociaux pour mieux comprendre les conditions et modalités de la demande, notamment concernant la puériculture.

Les biberons intelligents, les body connectés, les dispositifs de surveillance, voilà autant d'évolutions qui ont été permises par le monde du digital pour offrir aux parents des accessoires et objets de mieux en mieux adaptés. Mais c'est bien plus souvent vers des start-up et des nouveaux arrivants comme Oclio qu'il faut se tourner car ceux-ci n'ont d'autres solutions que d'investir ces nouvelles plates-formes pour se développer, alors que les principaux acteurs de ces marchés sont encore un peu frileux quant à leur utilisation lorsqu'il s'agit de puériculture.

Autour du même sujet