Les constructeurs automobiles doivent tirer profit des données pour optimiser leur potentiel d’innovation

Sous l’impulsion du Big Data, de l’Internet de tous les objets et des voitures connectées, de nouvelles autoroutes de l’information viennent impacter en profondeur la relation entre les constructeurs automobiles et les acquéreurs de voitures.

Auparavant, après avoir vendu un véhicule, les constructeurs ne pouvaient compter que sur des retours d’expérience partiels et incomplets. Quand les ventes reculaient, que les frais sous garantie s’envolaient ou s’ils devaient rappeler des automobiles, ils en déduisaient que les clients avaient des impressions négatives. Les retours positifs synonymes de satisfaction des clients étaient tout aussi épars.

Les solutions logicielles, un levier pour gagner en agilité et en capacité d’innovation

Mais tout est en train de changer avec la voiture connectée. A présent, les constructeurs disposent d’une boucle de rétroaction complète pour chaque véhicule puisque chacun communique les données de ses capteurs sur les conditions de conduite, la résistance aux sollicitations diverses et les potentiels d’amélioration.

Dans le contexte de ces autoroutes de l'information induites, c’est la rapidité qui conditionnera le plus la réussite future d’une marque automobile : avec quelle rapidité et quel degré de précision les constructeurs vont-ils collecter les données et les analyser, et dans quel délai traduiront-ils ces informations en innovations répondant aux attentes des consommateurs en termes de véhicules et de services de mobilité ?

 

En réponse à cette question, les leaders de l’industrie automobile sont en passe de transformer leurs modèles économiques pour gagner en agilité et en capacité d’innovation au travers de partenariats avec certains géants de la Silicon Valley à l’origine de technologies disruptives.

Les constructeurs automobiles et leurs équipementiers prennent en effet de plus en plus consciences que les technologies embarquées s’avèrent cruciales pour conditionner leur réussite future. Les véhicules autonomes, les voitures connectées, les systèmes de sécurité avancés dépendent tous de technologies et de systèmes de conduite rendus intelligents grâce aux solutions logicielles.

Dans ce domaine les constructeurs automobiles allemands semblent en pole position. Quand tous les autres acteurs du secteur s’y installent que depuis cinq ans, les Allemands ont initié dès la seconde moitié des années 1990 l’installation de centres de Recherche et Développement au sein même de la Silicon Valley. Avec une infrastructure plus mature, les constructeurs allemands sont ainsi davantage préparés aux défis liés au déplacement de la valeur ajoutée vers les logiciels.

 

Mieux exploiter les données pour une meilleure connaissance client et anticipation des besoins

 

En observant le mode de fonctionnement des acteurs de l’industrie automobiles, trois principaux constats ressortent qui permettront aux constructeurs de repenser leur modèle économique et d’optimiser leur potentiel d’innovation grâce à une meilleure exploitation des données :

 
  • Les organisations de R&D traditionnelles ne peuvent pas suivre le rythme du Big Data. Prenons le potentiel d’innovation disruptive des sociétés de technologie et le rythme avec lequel elles créent le changement. La rapidité de développement d’un appareil mobile est souvent inférieure à six mois. A titre de comparaison, le calendrier de production d’un nouveau véhicule de l’étude à la fabrication est d’environ quatre ans. Rien d’étonnant donc à ce que les consommateurs n’aient pas encore été convaincus par l’électronique embarquée des nouveaux modèles.
 
  • Les données en silos ne peuvent pas être source d’innovation. Il faut des sommes de données pour pouvoir apporter une réponse aux questions les plus importantes et si les données à la disposition du constructeur automobile sont fragmentées dans de nombreux silos, cela prendra plus de temps. L’élimination des silos organisationnels et systémiques ainsi que l’intégration des données de systèmes disparates accélèrent l’innovation en facilitant la valorisation de l’ensemble des ressources d’information d’un constructeur, couvrant tout le cycle de vie de l’ensemble des modèles de véhicules et des expériences clients.
 
  • Une vue globale unique de toutes les données, Saint Graal de la transformation automobile. Fort d’une vision unique sur l’ensemble de ses données, un constructeur automobile sera davantage en mesure d’innover rapidement et d’améliorer ses capacités techniques. La visibilité à toutes les étapes, de la phase d’étude à celle de fabrication, de la qualité, des conditions de garantie et des services, permet aux constructeurs de corréler davantage de données à la performance avérée du véhicule directement.
 

Les constructeurs automobiles peuvent s’appuyer sur des plateformes d’analyse de données, et notamment Hadoop, qui leur permettront de déverrouiller les silos de données et de pallier la ségrégation excessive pour ainsi établir une autoroute de données garante d’une unique vue d’ensemble. Cette vision est la promesse de répondre rapidement aux problématiques, d’identifier des tendances systématiques dans les données sur tout le cycle de vie d’un véhicule, et d’en tirer profit pour optimiser les processus, la conception du véhicule et à terme, l’expérience client.

 

Parmi les acteurs de l’industrie automobile, Jaguar Land Rover a pu exploiter l’analyse des données issues de chacun de ses véhicules, soit en moyenne près de 1,5 gigaoctet de données par jour contenues dans les 60 ordinateurs embarqués à bord et l’équivalent de 2 000 capteurs différents, pour améliorer la connaissance client sur sa conduite et le comportement des voitures en conditions réelles et dans des environnements peu étudiés.

Innovation / Voiture connectée