L'appli de paiement mobile Lydia lève 7 millions d'euros

Lydia se donne les moyens de développer son offre à l'étranger en réalisant un nouveau tour de table. La société créée en 2013 enregistre 10 000 transactions par jour et 500 000 utilisateurs.

La bataille du paiement mobile s'accélère dans l'Hexagone. Deux jours après l'opération de communication de Paypal, qui a rendu entièrement gratuit le paiement P2P en France sur son application, le français Lydia annonce une levée de fonds de sept millions d'euros et le début de son internationalisation. Le fonds New Alpha AM et la banque d'investissement et de gestion de capitaux Oddo et Cie entrent au capital aux côtés des investisseurs historiques XAnge, Duval Fintech et Belcube, qui participent également à ce nouveau tour de table.

Lancée en juillet 2013, l'application de paiement mobile Lydia revendique plus de 500 000 utilisateurs, dont 300 000 recrutés depuis le début de l'année et 50 000 en septembre. 80% d'entre eux ont entre 18 et 25 ans. "Nous ne prévoyons pas de dépenses énormes en marketing car l'effet boule de neige fonctionne très bien, explique Cyril Chiche, cofondateur. Dès lors qu'une personne utilise Lydia, elle pousse ses amis à télécharger l'application pour effectuer leurs remboursements."

10 000 clients professionnels

Si Lydia se présente avant tout comme une application de paiement entre particuliers pour recruter de nouveaux adeptes, les deux-tiers de ses transactions sont en fait effectuées auprès de ses entreprises partenaires : la société compte 10 000 sociétés clientes qui utilisent Lydia pour accepter les paiements mobiles. Parmi elles, des professions libérales ou en mobilité, des associations, des commerces de proximité… 

En btoc, seuls les produits additionnels sont payants

Car c'est grâce à cette activité btob que la start-up se rémunère. Une commission de 0,7 à 1,5% est prélevée sur chaque transaction effectuée chez un professionnel. Les paiements entre particuliers sont quant à eux entièrement gratuits. Seuls les produits additionnels sont payants : une commission de 0,9 à 1,9% est prélevée sur les cagnottes –moins que Leetchi avec ses 4% ou Lepotcommun à 2,9%. Lydia a aussi lancé ce mois-ci une carte Mastercard connectée pouvant être pilotée depuis le smartphone, qui coûte 10 euros à l'achat puis 3,99 euros par mois.

Forte de cette nouvelle levée, la société compte accélérer son développement. L'équipe va passer de 25 à 35 collaborateurs d'ici la fin de l'année. Lydia va démarrer ses activités au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne d'ici la fin du premier semestre 2017. En parallèle, la société développe une stratégie de partenariats, à commencer par celui qui a donné naissance à un bot de paiement sur Slack en avril 2016. "Nous sommes conscients que le paiement du futur devra être intégré aux applications les plus utilisées", décrit Cyril Chiche. 

Et aussi :

 

Levée de fonds / Fintech