Banques : le krach silencieux Banques italiennes : - 50% depuis janvier 2011

Troisième économie de la zone euro, l'Italie traverse une crise de confiance sans précédent qui se répercute sur le cours boursier de ses banques. L'indice des trois premières banques du pays (Unicredit, Intesa Sanpaolo et Banca Monte dei paschi di Siena) est passé en juillet 2011 sous le plus bas qu'il avait atteint au plus fort de la crise en mars 2009. Entre janvier 2003 et septembre 2011, il s'est ainsi effondré de 70%.

l'indice italien reflète la moyenne des cours de unicredit, intesa sanpaolo et
L'indice italien reflète la moyenne des cours de Unicredit, Intesa Sanpaolo et Banca Monte dei paschi di Siena de janvier 2003 à septembre 2011. © JDN

Les craintes d'une contagion de la crise grecque à l'Italie ont fortement affecté ces banques, évidemment très exposées aux obligations de l'Etat (elles détiennent une grande part des 1 900 milliards d'euros de dette publique de l'Italie). Même si les présidents d'Unicredit et d'Intesa Sanpaolo ont affirmé début septembre que leur établissement n'avait "aucun problème de liquidité", les marchés se sont affolés durant l'été.

Entre le 20 mai et le 5 septembre 2011, le cours d'Unicredit a dévissé de 49%, celui d'Intesa Sanpaolo de 48% et celui de Banca Monte dei paschi di Siena de 57%. Signe de la perte de confiance envers les établissements italiens : ces derniers ont du emprunter 85,09 milliards d'euros à la BCE en août.

Crise financière / Zone euro