Etienne Gaudin (Bouygues) "Le plan de transformation numérique de Bouygues sera lancé d'ici mi-2016"

Le conseiller nouvelles technologies de Martin Bouygues, rencontré à l'Université du numérique du Medef, veut s'appuyer sur la génération Y pour mener la transformation digitale du groupe.

JDN. BTP, immobilier, télécoms, médias… Comment organise-t-on la transformation digitale d'un groupe aux activités aussi diverses que celles de Bouygues ? La direction générale de l'entreprise amorce-t-elle directement le mouvement ?

Etienne Gaudin (Bouygues) © Bouygues

Etienne Gaudin. L'impulsion de la direction est essentielle pour mettre le train en marche. Je traite directement avec notre PDG Martin Bouygues pour tout ce qui touche au basculement du groupe au numérique. Nous travaillons sur un plan de transformation digitale qui sera mis en œuvre d'ici mi-2016. Il mettra l'accent sur le changement de culture nécessaire de nos collaborateurs. Nous allons pour cela donner beaucoup plus de poids à nos salariés issus de la génération Y, pour qu'ils prêchent la bonne parole numérique au reste de nos équipes. Mais je ne peux pas en dire plus pour le moment.

 

En plus de ce programme pensé par le top management, vos filiales portent-elles à leur niveau des initiatives digitales ?

Oui, nos principales activités ont toutes une direction de l'innovation, responsable de leur basculement au numérique. Bouygues Telecom a lancé un plan de transformation digitale en 2013 par exemple. Bouygues Construction développe de son côté une solution permettant aux ingénieurs de dessiner des maquettes numériques de leurs bâtiments. Avec cet outil, ils peuvent construire virtuellement des édifices avant de passer au chantier physique. Ce projet est très stratégique pour l'entreprise, car il pourrait permettre de détecter très en amont les problèmes et donc d'économiser beaucoup d'argent. Des équipes dédiées travaillent sur cette thématique au sein de la filiale.

"Nos principales activités ont toutes une direction de l'innovation, responsable de leur digitalisation"

Bouygues Construction a également pris l'initiative d'abandonner ses 250 magazines internes au profit d'une seule plateforme digitale d'information baptisée Com'unity qui permet à chacun d'accéder de façon personnalisée  à l'information de l'entreprise en responsive design, où qu'il soit.

Mais nos différentes branches peuvent aussi faire appel pour des projets ad hoc aux services du groupe et de son e-Lab, créé il y a 15 ans. Ce laboratoire de makers que je dirige depuis 2006 a développé avec les équipes de Bouygues Construction un casque de chantier connecté baptisé Oscar. Cet appareil répond à des besoins métiers spécifiques : il permet de communiquer facilement avec ses collaborateurs sans avoir les mains encombrées dans un environnement potentiellement bruyant.

 

Les équipes digitales de vos différentes filiales communiquent-elles entre elles ?

Notre rôle à l'échelle du groupe est de créer des ponts entre les branches de l'entreprise, pour que les réalisations des uns alimentent les projets des autres. La succursale Objenious de Bouygues Telecom déploie actuellement un réseau pour objets connectés basé sur le protocole LoRa. Notre branche construction a équipé de capteurs ses petits appareils de chantier comme les perceuses. Elle utilise ce réseau pour suivre très précisément leur utilisation et détecter la fraude. Nous avons aussi lancé l'année dernière un réseau social d'entreprise, By Link Network, utilisant la technologie Yammer de Microsoft et qui permet à tous les collaborateurs du Groupe de travailler ensemble en mode collaboratif.

 

Vos sous-traitants se lancent-ils aussi dans le numérique ?

Lorsque le donneur d'ordre change ses façons de faire, tout l'écosystème évolue. De multiples acteurs se positionnent actuellement sur la maquette numérique, dont certains de nos sous-traitants historiques qui ont senti le vent changer. Quand l'un de nos partenaires traditionnel se fait sortir, il est non seulement contraint d'évoluer mais il montre en plus aux autres le chemin à suivre et celui à éviter.

 

A lire aussi :

 

Bouygues / Millennials