Le business de la croisière La croisière fluviale attire un autre public

le rhin et le danube représentent 57% des croisières fluviales.
Le Rhin et le Danube représentent 57% des croisières fluviales. © CroisiEurope

Moins tape-à-l'œil que sa déclinaison maritime, la croisière fluviale est aussi plus ancienne. Elle n'en reste pas moins un secteur très important, surtout en France, ou elle constitue 40% des croisiéristes, avec 190.000 passagers par an.

Le mode de tourisme est différent de la croisière maritime. Les voyages comptent plus d'escales, plus longues, et comportent le plus souvent une forte dimension culturelle. C'est cette dernière qui explique l'attractivité de l'Hexagone, jusqu'aux Etats-Unis. Plusieurs bateaux 100% américains opèrent d'ailleurs sur la Seine.

"Nos bateaux sont plus des hôtels-restaurants flottants que des centres de loisirs comme les grands paquebots" explique Christian Schmitter, le PDG de CroisiEurope. Leader en Europe, sa compagnie possède une flotte de 26 bateaux et génère un chiffre d'affaires de 102 millions d'euros. Ses principales destinations : le Danube et le Rhin, qui représentent 57% des croisières.

La clientèle est plus âgée que pour les croisières maritimes, les séniors étant particulièrement amateurs de voyages culturels. Pour eux, CroisiEurope organise des croisières à thèmes, avec par exemple des randonnées, ou des concerts.

Pourtant, même ce spécialiste de la croisière fluviale s'est converti au maritime. Le 25 janvier dernier, CroisiEurope a ainsi inauguré son premier navire conçu pour les traversées maritimes. La "Belle de l'Adriatique" opérera ainsi sous la marque CroisiMer en Croatie et en mer Rouge, des destinations appréciées des séniors. Histoire de ne pas laisser échapper sa clientèle...

Chiffre d'affaires