Huit femmes d'affaires mythiques Estée Lauder a révolutionné le marketing de la beauté

estée lauder : 1906-2004
Estée Lauder : 1906-2004 © Estée Lauder Companies

A l'instar d'Helena Rubinstein et d'Elizabeth Arden, les deux pionnières de la cosmétique, Estée Lauder commença à fabriquer ses crèmes dans sa cuisine. Mais contrairement à elles, elle n'a jamais ouvert de salon de beauté.

Née en 1906 dans le Queens à New York, la petite Estée se passionne dès son plus jeune âge pour les soins de beauté. Elle teste ses crèmes dans sa famille et vend ses pots à ses camarades de classe. A 26 ans, elle est la première à avoir l'idée des échantillons gratuits, qu'elle distribue dans les salons de coiffure.

Infatigable, elle transporte toujours ses produits avec elle. "Pas un jour de travail ne s'est écoulé sans que je vende quelques chose", écrira-t-elle dans son autobiographie. En 1946, elle parvient à convaincre le directeur de la boutique de luxe Saks de présenter ses crèmes.

Les commandes affluent, ce qui ne manque pas de susciter la jalousie de ses concurrents, comme Charles Revlon qui restera un farouche ennemi. En 1960, elle parvient à traverser l'Atlantique pour s'établir chez Harods, à Londres.

C'est encore elle qui a l'idée à ce moment d'associer un mannequin à un produit dans une publicité : l'égérie était née. Devenue un multinationale de premier plan, Estée Lauder est introduite en bourse en 1995, neuf ans avant la mort de sa créatrice à New York.

Autour du même sujet