Le mail d'accroche aux recruteurs, comment le réussir ?

Les candidats à un emploi ou à un stage négligent souvent ce premier contact. Pourtant, certaines règles sont incontournables.

A l'heure du numérique, la majorité des candidatures s'envoie par mail, avec CV et lettre de motivation en pièce jointe. Ce mail d'accroche est donc le premier outil qui permet de se démarquer aux yeux du recruteur. Pour cela, mieux vaut respecter quelques règles de base...

Eviter le mail vide : Par définition, le mail d'accroche doit accrocher. Cela paraît logique mais bon nombre de candidats se contentent seulement d'insérer une pièce jointe, une lettre de motivation et parfois une simple phrase telle que "Bonjour. Vous trouverez en PJ mon CV et ma lettre de motivation". Une telle stratégie est la meilleure solution pour éviter l'examen plus approfondi d'une candidature...

L'objet du mail : L'objet est ce que le correspondant verra en premier. Il est donc primordial que le candidat indique clairement la teneur de son message. Il peut donner la référence de l'offre, son nom ou encore le poste auquel il postule. S'il se recommande d'une personne, cela doit être indiqué dès l'objet du mail.

Personnaliser le contenu : Pour attirer l'attention du recruteur, le mail doit être personnalisé. Un mail reproduit à l'identique à chaque candidature ne permet pas de se démarquer. Il est recommandé de s'adresser directement à son correspondant. Son nom peut être trouvé facilement dans l'offre d'emploi ou sur internet (Linkedin, Viadeo, site de la société).

Faire preuve de concision : En aucun cas le mail d'accroche ne doit répéter le contenu de la lettre de motivation ou du CV. Dans l'idéal, il ne doit pas dépasser 10 lignes.

Donner envie : Bien que court, le mail d'accroche doit inciter le recruteur à vouloir en savoir plus sur le candidat. La meilleure "recette" est de montrer brièvement ses connaissances de la société ou du secteur, de mettre l'accent sur les atouts universitaires et/ou professionnels les plus en adéquation avec le poste proposé.

Il est recommandé de s'adresser directement à son correspondant. Son nom peut être trouvé facilement dans l'offre d'emploi ou sur internet

Une formule de politesse adaptée : S'il est moins formel qu'une lettre de motivation, le mail d'accroche ne doit comporter aucune familiarité ou abréviations telles que "Cdt". A l'opposé, il n'est pas non plus adéquat d'utiliser des formules ampoulées telles que "Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes sentiments distingués". La meilleure formule à utiliser est "Bien à vous".

Ne pas oublier ses coordonnées : A la fin du message, il est conseillé d'indiquer ses coordonnées. Même si celles-ci figurent sur les documents en pièce jointe, c'est une précaution utile. Si par malheur les fichiers ne s'ouvrent pas, cela pourra être signalé au candidat directement par téléphone si nécessaire. De plus, si le recruteur souhaite joindre le candidat dans la minute, autant lui faciliter la tâche…

Choisir le bon timing : Le marché de l'emploi est concurrentiel. Pour chaque annonce, les recruteurs reçoivent des dizaines de candidatures. Dans certains secteurs comme la communication, le marketing ou les ressources humaines, les candidatures dépassent bien souvent la centaine.

Pour un candidat, il est donc stratégique d'éviter de postuler le vendredi ou le week-end, sauf si il souhaite que sa candidature soit noyée parmi des dizaines d'autres et donc survolée par le recruteur le lundi matin.

Penser à la relecture : Les candidats apportent souvent plus d'attention à l'orthographe de leur lettre de motivation qu'à celle de leur mail d'approche. Erreur. Ce message de quelques lignes est la première image qu'un candidat donne de lui-même. Les fautes de grammaire, d'orthographe et de ponctuation doivent être traquées et éliminées avec rigueur. Il est donc recommandé de retarder de quelques minutes l'envoi du mail afin de prendre du recul sur la forme et le fond.

Autour du même sujet