Emploi cadre : les perspectives pour la rentrée L'emploi cadre ne connaît pas la crise

Tout va bien. Tel est en substance le message que renvoient les spécialistes du recrutement cadre en France. Avec 287 400 offres d'emploi déposées sur les douze derniers mois, l'Apec a atteint en juillet un nouveau record. C'est 40 % de plus que sur la même période l'an dernier. Et parmi ces offres, 66 % débouchent sur un recrutement effectif 3 à 6 mois après leur parution. Un chiffre qui n'était que de 62 % l'année dernière.

 

evolution du nombre d'offres d'emploi de l'apec
Evolution du nombre d'offres d'emploi de l'Apec © JDN / Apec

La crise des subprimes, la hausse des matières premières, les difficultés de l'immobilier, les mauvais chiffres de croissance partout annoncés... rien ne semble avoir pour l'instant de conséquence sur le niveau des recrutements pour des postes d'encadrement. "De manière un peu surpenante, l'emploi cadre se porte bien, s'étonne Philippe Compagnion, consultant en recrutement pour Egon Zehnder. Nous n'assistons en effet pas encore à la baisse d'activité à laquelle nous pourrions nous attendre sur certains secteurs du fait de l'état de l'économie."

 

Des recrutements plus longs

hugues pariot, dg d'expectra
Hugues Pariot, DG d'Expectra © Expectra

"On observe un allongement de la durée des recrutements de deux à trois mois, nuance le directeur général d'Expectra, Hugues Pariot. Ce n'est pas mauvais signe : les entreprises sont simplement un peu plus frileuses sur le choix des candidats, compte tenu de la conjoncture actuelle." S'il n'est donc pas question pour elles d'arrêter de recruter, elles font tout de même attention à ne pas gaspiller temps, argent et énergie dans un mauvais recrutement. "Les entreprises ne recherchent plus seulement le savoir-faire mais s'arrêtent aussi sur le savoir-être des candidats. Ils doivent avant tout acheter un projet d'entreprise", précise Hugues Pariot. Tout va bien donc, pour l'emploi cadre, mais l'avenir n'est pas sans nuages.