Retraite : attention à ne pas subir la rupture

Préparer sa retraite, c’est aussi vérifier qu’on ne rate pas sa sortie. Bâtir une nouvelle relation avec le temps constitue une étape déterminante de la réussite de l’entrée en retraite et de son déroulement.

Décélérer
Les mois qui précèdent l’entrée en retraite doivent permettre d’organiser et de vivre la baisse progressive de régime, pour éviter la rupture.

Dans quelques semaines, vous aurez disparu de l’horizon et de l’écran radar des gens avec qui vous travaillez... Quelles sont les personnes avec qui vous souhaitez rester en contact ? L’identification de ceux qui seront vos contacts cibles vous permet d’être sélectif et vous fera gagner du temps, au moment où vous aurez beaucoup de choses à faire pour préparer votre nouveau départ.

Par ailleurs, si vous avez su installer les bonnes personnes et la bonne organisation pour vous succéder, vous vérifierez que vous donnez à cette nouvelle construction toutes les chances de fonctionner correctement, en vous mettant en retrait, en épaulant discrètement ceux qui prennent le relais, tout en disparaissant progressivement de la scène. Ce scénario a le mérite de vous libérer progressivement du temps.

Pour la première fois peut-être, vous aurez le sentiment de bien gérer votre plan de charge, avec une plénitude de jugement, une profondeur de vue et une satisfaction personnelle jamais atteintes jusqu’à présent. Cela laisse des traces toute sa vie et fait partie des conditions d’une retraite réussie, bâties avant même qu’elle n’ait commencé.

Du point de vue pratique, que vous ayez des droits à congés à récupérer avant de quitter l’entreprise, ou que vous soyez gestionnaire de votre propre activité, il est tout à fait essentiel de prendre du temps pour transformer vos conditions de vie professionnelle au cours des derniers mois. Mon conseil est de dédier un quart de votre temps ouvrable pour travailler la transition.

Consommer le temps différemment
Avant même d’arrêter de travailler, il faut apprendre à consommer le temps moins vite, à «prendre le temps» du temps. Il faut apprendre à organiser et à vivre intensément les pauses, à être heureux de ne rien faire de temps en temps, de regarder les gens, la nature et les choses, de lire sans limite, de se reposer... Tout ce que nous ferons d’autre n’en prendra que plus d’intensité, au-delà du plaisir premier de retrouver des impressions oubliées depuis longtemps...
Mais il faut aussi apprendre à prendre le temps de faire les choses bien. L’importance du détail doit faire partie du plaisir ! Beaucoup d’entre nous ont passé la plus grande partie de leur vie active à faire faire beaucoup de choses par les autres, et notamment celles qu’on considérait comme les petites choses. La retraite nous donne l’opportunité de revivre la totalité de l’action, et de redécouvrir l’importance des détails. Être acteur de A à Z donne du piment à ce qu’on fait, et évite par ailleurs de se sentir orphelin de l’organisation qui nous prêtait main-forte lorsque nous étions assistés dans notre démarche professionnelle.

Vous pouvez dialoguer avec Jean-Emmanuel Combes sur son blog pourquevotreretraitesoitunsucces.fr

Autour du même sujet