Les modes de communications des étudiants entre 2000 et 2012

Depuis dix ans les modes de communication n'ont cessé d'évoluer. Les étudiants d'une vingtaine d'années sont particulièrement au cœur de ces changements qui sont aussi sociétaux.

Dire que les modes de communications ont fortement changé depuis 15 ans est une banalité évidente. Il n’est qu’à voir l’usage d’internet passé quasiment de 0 à 2h par jour. La génération née avec internet (appelée Y , la Z arrivant) est aussi l’objet d’études sociologiques et source de questionnement dans les entreprises. Un regard intéressant peut résider dans l’analyse longitudinale des moyens de communication des jeunes de 21-23 ans depuis 2000. Même si les données de l’étude non pas valeur de sondage représentatif et en cela doivent être relativisées, elles témoignent de tendances d’évolution. De 2000 à 2012 une même question a été posée aux étudiants en école de commerce : quels sont vos moyens de communication avec vos proches (famille, amis, école, stage)[1]. L’analyse de 12 ans de résultats doit prendre en compte deux limites : d’une part les étudiants d’écoles de commerce ne sont pas représentatifs de leur classe d’âge au global ; d’autre part il s’agit de leur perception de leur usage et non de l’étude constatée de l’usage. Ces limites forcent à ne pas considérer la valeur absolue des résultats mais l’intérêt des douze ans de recul permet de comprendre certaines tendances.

Tout d’abord, la liste des moyens de communication était laissée à l’appréciation des interviewés, qui collectivement, proposaient une liste. Cette méthode a permis de faire apparaitre nominativement des modes communications nouveaux au fil des années (VoIP, IM, My Space, Facebook) mais surtout de faire disparaitre des moyens cités spontanément : le courrier papier qui n’est plus cité dès 2002 et … le face à face physique cité jusqu’en 2006 et disparu depuis (sauf en 2010). Notons que MySpace a également disparu des citations depuis cinq ans du fait de son caractère éphémère.
Si nous sortons des statistiques le face à face physique pour ne parler de la communication intermédiée, les résultats sur une base 100 sont présentés dans le graphique.
Ce dernier illustre de grandes tendances telle que la quasi-disparition de la téléphonie fixe dans la perception que ces jeunes ont de leur communication. Il faut aussi noter la baisse des emails qui atteignent leur apogée en 2003 pour régresser depuis (division par deux de leur part relative), le recul de la voix par mobile depuis 2004 à relativiser par les usages écrits  liés au mobile (SMS / IM mobile), les effets de mode (deux années My Space, 5 ans de VoiP / skype, Facebook depuis 5 ans avec un quart des réponses en 2012).

Derrière ces évolutions, il apparait clairement des usages vedettes par période où deux modes représentent entre 45% et 65% des usages (2000-2005 : email + mobile ; 2006-2007 : mobile + SMS ; 2008 : VoIP + SMS ; 2009-2010 : email + SMS ; depuis 2011 mobile et Facebook). Derrière ces arbitrage une certaine consolidation de deux tendances (toujours hors face à face physique) est à noter : 
- Durant ces 12 ans le poids de l’écrit n’a cessé de se confirmer. Il représentait 60% des usages cités en 2000 (dans l’ordre, email, courrier papier, SMS) et 70% en 2012 (dans l’ordre Facebook, email, SMS, IM)
-
Les modes asynchrones pesaient 60% en 2000, ils en représentent 65% aujourd’hui avec cependant un retournement de tendance sur la période 2007-2010 où le synchrone a été égalité voire supérieur à l’asynchrone (effet VoIP avec Skype et temps de transition entre MySpace et Facebook)

Deux tendances dans les commentaires des étudiants au fil de ces douze ans sont aussi révélateurs. Tout d'abord,
Une vraie segmentation de l’usage du mode de communication selon les interlocuteurs. Sur les douze ans, la voix via téléphonie fixe est systématiquement attribuée à la famille. L’email, mode de communication tous azimuts  il y a douze ans, s’est réduit pour être plus focalisé sur administration de l’école et entreprises (stages, associations, etc.). L’IM est constamment associé aux amis proches. Ensuite, seconde tendance, Un mélange des genres sur les modes de communication. Jusqu’en 2007, les étudiants, bien que pas particulièrement de formation technique, appréhendent bien les différences entre canaux, depuis elle sont plus floues : assimilation des emails à Facebook, IM sur mobile et SMS c’est pareil, etc.

Les résultats de cette étude sont, encore une fois, un focus sur une catégorie donnée et du déclaratif pur mais ils illustrent bien les différentes évolutions auxquelles cette population – particulièrement ciblée par les acteurs des TICs – a été confrontée.
 
Jean-Michel Huet, Directeur Associé BearingPoint

 ________________________________

[1] Il s’agit d’étudiants de 2nde ou 3ème année de Reims Management School,  âgés, au moment de la question, de 21 à 23 ans. La cohorte concernait chaque année entre 60 et 120 étudiants, plusieurs électifs pouvant avoir lieu la même année, de l’électif Systèmes d’information Stratégiques et Opérationnels de RMS dirigé par Eric Fimbel et Serge Costa. Les étudiants concernés, étaient plutôt de profils généralistes et pas particulièrement technophiles. En tout, près de 1.000 étudiants ont répondu.

Autour du même sujet