Développer sa spontanéité pour vaincre la procrastination

Ne devient urgent que ce qui n'a pas été fait en son temps ou dont les dispositions n'ont pas été prises en son temps.

Si nous savons faire feu de tout bois lorsque tout devient grave, il doit également être possible d'agir avec spontanéité avant que cela ne soit trop tard et profiter ainsi de ce qu'on obtient de mieux en agissant le plus tôt possible : rester serein, prévenir efficacement les crises, saisir les opportunités, réaliser des exploits inédits...

Se préparer à agir avant que ce ne soit nécessaire

Les opportunités n'attendront pas que vous soyez prêt. Pour être sûr de pouvoir les saisir, pour pouvoir agir spontanément lorsque les opportunités se présenteront, il faut être prêt à tout moment. Il s'agit dans un premier temps d'une préparation mentale. A ce niveau, il faut savoir se conditionner en se disant à chaque fois : "C'est une occasion que je ne raterai pas. Si elle se présente, je sauterai là-dessus que je sois prêt ou non". Ou encore : "Je n'attendrai même pas d'être prêt, j'agirai tout simplement et on verra ensuite". Pour s'assurer que cette préparation ne pas soit pas qu'euphorique, il faut lister systématiquement les opportunités qui lorsque vous les saisissez et les réalisez  vous aideront à connaitre du progrès dans votre vie personnelle et professionnelle. Ensuite, prenez les dispositions matérielles pour être prêt à agir spontanément. Les gens qui ne savent pas agir avec spontanéité sont justement ceux qui ne se sont pas dotés des outils nécessaires pour saisir les opportunités lorsqu'elles se présentent.
Vous direz très facilement "Une autre fois" lorsqu'un gibier se présente et que vous n'avez pas le fusil adéquat pour l'abattre. Vous reportez ainsi votre exploit à la prochaine fois. Pourquoi ? Parce que vous n'êtes pas prêt, même si vous le voulez bien, vous n'avez pas l'instrument adéquat. Être prêt mentalement et matériellement permet d'éviter "le report à plus tard".

Ne pas attendre que tous les feus soient au vert

Le feu n'est jamais rouge pour les ambulanciers. Ils doivent passer pour arriver le plus tôt possible au service des urgences. Les jours des grands retards, nous sommes nous aussi des ambulanciers et ne connaissons pas de feu qui soit au rouge. Nous avançons seulement. "C'est bon maintenant, on n'a plus de temps.
Il faut l'emballer et on l'envoie tel quel". C'est extraordinaire de voir que lorsque les délais sont presque passés, nous sommes capables de ne pas attendre que tout soit parfait. Le défi, c'est que lorsque nous avons tout le temps, nous attendons que tout soit parfait jusqu'à ce que nous n'ayons plus le choix. "Je veux bien démarrer mon entreprise mais il me faut un peu plus d'économie et un peu plus d'expérience"- quand le chômage technique frappe, on n'attend plus rien de tout ceci ; "Nous voulons bien mettre cette application sur le marché mais il a encore quelque bugs" - quand une application concurrente moins performante fait des exploits sur le marché, nous lâchons les freins finalement. C'est du temps et des opportunités perdus pour rien. Tout ne sera jamais parfait. Je ne sais pas pourquoi nous préférons la passivité et l'entretien des faux espoirs à un peu de résultat avec quelques erreurs. Serait-ce parce que nous serions trop perfectionnistes ? C'est justement ce perfectionnisme passif qui nous barre la route des exploits auxquels conduit la spontanéité, cette attitude qui permet de se lancer et de se corriger au fur et à mesure.

Ne pas attendre d'être motivé

Vous ne pouvez pas être motivé avant les premiers résultats. Ce sont ces premiers résultats qui vous donnent envie de continuer si vous en voulez plus.
Et pour les avoir, il faut savoir agir avec spontanéité sans se poser de question; autrement vous êtes coincé dans la passivité. Voyons ! Tout ce qui précède la motivation pour faire quoi que ce soit est démotivant : la peur, le doute, les difficultés, l'adversité, la douleur, la solitude, l'investissement préalable, la paresse... C'est lorsqu'on sait faire abstraction de tout ceci, comprenant que cela fait partie que de ce qui essaie de décourager l'homme qui veut agir avec spontanéité que l'on sait passer à l'action sans se poser de question.
Par exemple lorsqu'ils doivent démarrer une activité sportive, la plupart des gens attendent d'être motivés. Mais il se trouve que mêmes les résultats de la première séance ne sont pas très motivants : vous avez des douleurs musculaires partout. Conséquence, très peu de temps font la deuxième séance. Le problème, c'est  qu'ils ne veulent que les choses qui leur plaisent, qui ont excitantes et motivantes. Très peu de choses permettant d'obtenir des résultats extraordinaires sont excitantes... Jouir du résultat est excitant mais avant il faut mouiller le maillot avec spontanéité... Autrement vous fuyez constamment la douleur, reportez à jamais quand vous le ferez et ne finissez par réaliser que quelque 0,1 % de votre potentiel.

Faire tout ce qui (re)vient à l'esprit avant de l'oublier

Si vous vous souvenez de devoir passer un coup de fil, passez-le avant de l'oublier. Si vous vous rappelez qu'un rapport à déposer commence par être en retard, occupez-vous-en tous travaux cessant. Si vous rencontrez un contact que vous cherchiez à toucher depuis longtemps, ne dites pas que vous allez l'accoster une fois qu'il aura fini de discuter avec les deux gentlemen qui l'entourent, accoste-le et présentez-vous (vous avez l'opportunité de connaitre 3 personnes à la fois), s'il ne peut pas s'occuper de vous tout de suite, il vous reviendra, mais vous aurez au moins créé le temps. J'ai regardé un film Hindou intitulé "If you love someone, say it". J'ai appris de ce film que n'en déplaise à mes valeurs pudiques, une autre personne viendra épouser la femme que j'aime si je ne sais pas le lui dire clairement. Aimer n'est pas quelque chose qui vous revient juste à l'esprit. Ça envahit tout votre être. Vous imaginez combien de gens refusent de passer à l'action (l'offensive) pour quelque chose d'aussi envahissant ? On comprend pourquoi nous ne passons pas l'action lorsque de petites choses nous viennent ou reviennent à l'esprit. Une astuce : faites-le pour le fun.

Autrement le faire juste pour le "fun", pour le mérite de l'avoir fait

 Alors que nous aidions un ami à vaincre sa timidité face aux femmes, nous l'avons conditionné pour qu'il aborde toutes les filles que nous rencontrions. "Mais celle-là, elle ne me dit rien" disait-il pour ne pas passer à l'action. Nous lui répétitions le slogan : "Just do it for fun" (Fais-le juste pour le plaisir de le faire) avant d'ajouter  " Et c'est ainsi que tu travailles ta spontanéité à aborder celle qui te dira vraiment". Dès que la moindre chose vous (re)vient à l'esprit et qui doit absolument être faite avant que cela ne soit trop tard, faites-la tout simplement et c'est ainsi que vous travaillez votre spontanéité à agir systématiquement avant que ce la ne soit trop tard. Soyez excité de le faire quand même. Soyez excité de pouvoir le faire peu importe le résultat que vous obtenez derrière. Il n'y a pas deux possibilités de résultat lorsqu'on passe à l'action. Il y en a trois au moins : la fierté d'avoir réussi, la désolation d'avoir échoué et dans les deux cas l'exploit d'avoir essayé quoi qu'il en soit. Cette dernière possibilité est une victoire que beaucoup de gens n'arrivent pas encore à obtenir par manque de spontanéité (et de folie) pour savoir passer à l’action..

Refuser cette excuse de dernière minute qui se pointe

A chaque fois que nous devons passer à l'action pour voir ce que ça donne comme résultat, nous sommes rapidement tiédis par cette excuse qui nous fait mettre fortement le pied sur le frein. Comme cette excuse de notre ami timide : "Mais celle-là, elle ne me dit rien". Cette excuse est capable le coincer et justement il fera rien, il n'arrive pas à agir avec spontanéité. Il va se rebiffer. Quoi donc ? Ça m'arrive moi-aussi. Et l'excuse n'est pas de type : "Je le ferai plus tard". Non, c'est de type : "Le temps n'est pas suffisant", "Je suis en retard maintenant", "Si je le fais, je risque de ne plus avoir de ressources pour...", "Je veux bien le faire mais il manque...Et puis il n'y a pas...Et puis il faudra que je...Qui sait, il peut me...".
Voici ce que je me dis lorsque l'une ou l'autre de ces excuses se pointe : "Cette excuse ne m'intéresse pas" Rien de plus, rien de moins ; à partir du moment où je me dis "Cette excuse ne m'intéresse pas", je me concentre sur les bonnes raisons pour agir et j'agis comme si c'était impossible d'échouer.

Agir comme si c'était impossible d'échouer

Justement la peur d'échouer nous paralyse et nous enlève tout ce que nous avons, tout ce nous pouvons et tout ce que nous sommes. Elle est plus terrible que l'échec lui-même. Elle détruit totalement notre spontanéité et nous fait reporter à l'éternité le moment où nous décidons de saisir les chances de notre vie. Mais ceux qui n'y pensent pas, ceux qui savent qu'ils ne vont pas échouer, obtiennent des résultats à presque tous les coups. Le problème avec la peur d'échouer, ce n'est pas que vous n'ayez pas les moyens de réussir.
Vous les avez. Mais la peur d'échouer vous fait admettre que vos moyens (et vos ressources) sont vains, qu'ils ne seront pas à la hauteur. Et qu'est-ce que vous faites ? Vous ne jugez même plus inutile de les utiliser et vous ne vous lancez même plus.

On demanda à un coaché qui avait peur d'échouer : "Monsieur, vous avez tout ce qu'il faut pour relever le défi. Mais vous avez peur de l'échec; ce qui est normal mais n'oubliez pas que vous avez tout ce qu'il faut pour réussir. Si vous saviez qu'il est impossible que vous échouiez en utilisant à fond les moyens dont vous disposez, que feriez-vous?". Il répondit : "J'utiliserai à fond tous les moyens dont je dispose et dont je peux disposer". Si vous avez peur d'échouer, si vous avez peur d'utiliser les moyens dont vous disposez parce que vous vous dites que de toutes les façons, ça ne marchera pas, demandez-vous :"Que ferais-je si je savais que mes moyens sont suffisants et qu'il est impossible que j'échoue si je les utilise à fond?". Répondez et agissez en conséquence. Entrainez-vous à la question et à la réponse adéquate à chaque fois et la spontanéité redeviendra pour vous un vrai réflexe et un outil d'excellence personnelle et professionnelle.

Autour du même sujet