La recherche d'emploi, ou l'acceptation de l'incertitude

Plus nous accepterons de ne pas tout maîtriser, notamment le temps que prendra la recherche et l'orientation qu'elle prendra, mieux nous réussirons.

Stéphane a négocié le départ de son entreprise, sans avoir encore identifié son prochain employeur. Stéphane était directeur financier d’une entreprise industrielle du SBF 120.  Il est sur le point d’entamer une démarche de recherche active, pour trouver son prochain job vite et bien.

Il a pris le temps de se  "poser" un instant pour réfléchir, ajuster son positionnement et identifier les entreprises auprès desquelles son profil de DAF d’entreprises industrielles cotées, au background d'auditeur et de contrôleur de gestion industrielle, sera le plus pertinent. Il a peaufiné son discours et identifié les premiers contacts à prendre dans le cadre d’une stratégie de recherche sérieusement élaborée.

Démarre alors pour lui la phase de recherche, qui correspond peu ou prou à un saut dans l’inconnu : Stéphane ne sait pas combien de temps va durer sa recherche, combien de personnes il va rencontrer, par quel biais il va retrouver son prochain job, ni même quel type de job il va trouver. Peut-être saisira-t-il une opportunité qui n’aura qu’un lointain rapport avec un job de DAF ; Dirigeant associé d’une start-up, consultant expert…

Quel est le secret du succès de cette phase de recherche ? C’est un équilibre entre une organisation précise et une acceptation du flou, de l’incertitude.

-    Notre organisation doit être sans faille dans la prise de rendez-vous, dans la gestion des remerciements, dans la relance des contacts. Soyons précis, professionnels, ayons un outil de suivi que nous mettrons à jour quotidiennement. Ne négligeons aucune piste, n’admettons aucun trou dans la raquette, rencontrons systématiquement toutes les personnes que nos différents contacts nous auront recommandés. Restons ciblé dans notre discours, soyons très clair sur notre positionnement cible. 

-    En parallèle, restons ouvert et confiant par rapport aux chemins que nous fera prendre notre démarche. Cela prendra le temps que cela prendra, mais n’ayons aucun doute sur le succès de nos actions. Restons attentif aux opportunités qui se présenteront et auxquelles nous n’aurons pas pensé jusqu’ici.

J’ai notamment à l’esprit l’exemple de ce Directeur Général d’entreprise de biens d’équipement, clairement positionné sur un projet de continuité, qui a été approché par un chasseur de tête pour un tout autre poste : ingénieur conseil de haut niveau dans une grande banque. Après un premier moment de perplexité, il a décidé de donner suite, a confirmé son intérêt et entame aujourd’hui sa quatrième année dans ce métier, après avoir pris en cours de route la direction de l’entité complète. 

En résumé, le secret de la réussite réside dans le mariage entre un cadre aux contours très dessinés et un contenu aléatoire, changeant, mais plein de promesses. Et paradoxalement, plus nous lâcherons prise sur l’enjeu temporel (il faut que je retrouve le plus vite possible !), plus nous prendrons plaisir à cette activité faite de rencontres riches et diversifiées… Si nous prenons plaisir, nous le communiquerons à nos interlocuteurs, et  nous maximiserons ainsi nos chances de rebond rapide

Autour du même sujet