Pour réussir, il faut savoir bien écrire

Rares sont les personnes qui, en 2015, arrivent à écrire sans fautes d'orthographe. C'est un véritable problème qui peut porter atteinte à la crédibilité ou retarder une promotion. Par chance, il existe quelques techniques faciles à mettre en œuvre pour "muscler sa plume".

La communication est un outil indispensable pour réussir dans la vie. Et le noyau central de la communication, c’est l’expression : orale, elle exige la maîtrise des techniques verbales et des formules ; écrite, elle nécessite d’avoir le contrôle de sa syntaxe et de son orthographe. Parce que savoir communiquer, c’est être capable d’utiliser correctement les mots afin de transmettre un message.

Palier, pallier, pallier à ?

Le baromètre de l’orthographe, publié par le Projet Voltaire, le prouve : les fautes d’orthographe vont continuer de fleurir dans les écrits des Français. Tout comme les erreurs grammaticales et syntaxiques, qui sont légion dans l’Hexagone.

Le monde professionnel n’y échappe pas. De plus en plus de cadres, de cadres dirigeants, jeunes et moins jeunes, montrent des lacunes importantes en orthographe et en grammaire. L’effritement de ces compétences est lent et progressif, mais il existe bel et bien, et semble difficile à stopper.

D’autant que les politiques et les médias, autrefois garants de la bonne expression, sont eux-mêmes emportés dans la spirale infernale de la faute. Il n’est pas rare de voir un présentateur de télévision achopper sur l’expression "pallier quelque chose". Ou de lire, dans un article de journal, des mots invariables comme "malgré" être affublés de pénibles "s".

Soucis d’orthographe : à qui la faute ?

L’école ne prend plus le temps de s’assurer de la bonne maîtrise de l’orthographe (d’où l’idée récente du ministère de l’Education nationale d’en revenir à la bonne vieille dictée), c’est un fait. Mais il y a une autre raison : les transformations de l’écriture et de la lecture. Le Web a pris le dessus sur le papier dans le monde de l’entreprise, et il n’est pas rare de rencontrer des salariés qui pensent qu’une faute dans un e-mail ou directement dans le mail d'accroche, c’est moins grave que dans un contrat écrit.

L’impact de l’orthographe sur l’entreprise

Selon des études, 90% des e-mails envoyés, dans le monde, par des entreprises à leurs clients, contiendraient au moins une faute d’orthographe. Elles révèlent aussi la conséquence de ce chiffre : une seule faute d’orthographe ou de syntaxe peut produire des effets néfastes, globalement sur l’image et la réputation de l’entreprise, plus spécifiquement sur la réalisation d’une vente ou la signature d’un partenariat.

L’orthographe reste une marque importante de confiance. Prenez un exemple concret : lorsque vous êtes victime de phishing, cette technique d’arnaque qui consiste pour un pirate à imiter la page d’accueil de votre banque ou de votre opérateur téléphonique, vous êtes amené à comprendre rapidement de quoi il s’agit au vu des dizaines de fautes d’orthographe, de syntaxe, de structure qui émaillent l’e-mail. Vous repérez l’arnaque parce qu’elle est rédigée n’importe comment. Maintenant, imaginez que vous envoyiez à votre client un contrat bourré de fautes : peut-il, dans ces conditions, avoir confiance ?

Savoir se vendre, c’est savoir écrire

Pour un chercheur d’emploi, les carences en orthographe et en expression écrite peuvent avoir des conséquences sur les résultats de sa quête. Tous les DRH du monde ont déjà fait la grimace devant un CV couvert d’erreurs et une lettre de motivation tellement remplie de coquilles qu’elle donne l’impression d’avoir été rédigée à la plage.

En conséquence, soigner sa candidature ne consiste pas seulement à structurer correctement son CV et à copier-coller dans sa lettre de motivation des éléments de langage piochés sur le net. Il faut maîtriser son expression écrite, surveiller sa syntaxe et faire la chasse aux fautes d’orthographe, qui donnent évidemment une très mauvaise image du candidat. Surtout dans les métiers de l’écriture (il n’est pas forcément conseillé d’envoyer un manuscrit bourré de fautes à un éditeur), mais pas seulement.

Savoir communiquer, c’est savoir s’exprimer

Si la faute d’orthographe disparait à l’oral, le locuteur n’est pourtant pas à l’abri de multiplier les erreurs. La communication passe par l’expression, outil essentiel à la transmission d’informations. Si vous préparez un entretien d’embauche, une présentation orale, un discours ou n’importe quelle intervention en public, votre manière de vous exprimer sera scrutée aussi certainement que votre gestuelle.

Mieux vaut se préparer à l’avance et travailler son texte dans les moindres détails. Pour cela, s’il faut reconnaitre qu’Internet et les habitudes d’écriture et de lecture qu’il véhicule peuvent être en partie responsables de la situation française de l’orthographe, il n’empêche que le vaste Web a aussi son utilité : il propose, en effet, quantité de dictionnaire en ligne, d’encyclopédies, d’aides à la conjugaison (Bescherelle et équivalents), de dictionnaires des synonymes et tous les outils nécessaires à une rédaction correcte.

Les maux de l’orthographe

Pour éviter les maux produits par une mauvaise expression écrite ou orale, voici quelques conseils :

  • Relisez ! C’est le secret. Relisez une fois, deux fois, trois fois votre courrier, e-mail, présentation PowerPoint, article à publier… Au besoin, faites relire par d’autres !
  • Réapprenez ! Des centaines d’outils sont mis à disposition sur Internet pour vérifier son orthographe, sa syntaxe, son expression écrite, sa conjugaison. En cas de doute, ne prenez pas le risque de laisser apparaître une énorme erreur dans votre e-mail destiné à un gros client.
  • Lisez ! Impossible d’apprendre à bien écrire et bien s’exprimer si l’on ne lit pas. Et pas seulement des articles numériques et papier, qui ne sont pas à l’abri de contenir des erreurs (vite écrits, vite publiés, pas toujours bien corrigés), mais des livres passés par les mains d’auteurs et de correcteurs compétents.
  • Entraînez-vous ! Écrivez chez vous, pour vous. Multipliez les modèles de lettes de motivation et de courriers, de cartes de vœux et de mots d’anniversaire. Apprenez à maîtriser une écriture simple, fluide et directe, et exprimez-vous de la même manière.

Une bonne expression n’est pas seulement un symbole de confiance pour vos interlocuteurs et partenaires : c’est aussi et surtout un moyen de vous redonner confiance en vous-même.

 

Autour du même sujet