Réalité virtuelle et formation professionnelle : C'est du réel

Le domaine de la formation constitue l’une des applications les plus fascinantes de la réalité virtuelle. Désormais accessible au grand public, cette technologie a bien des atouts.

Face à un taux de chômage très fort, les spécialistes évoquent depuis quelques décennies l’importance de la formation pour accompagner les jeunes vers les métiers en tension mais aussi maintenir l’employabilité des plus âgés confrontés à l’évolution du marché du travail et à la révolution numérique. Vecteur d’emplois et de croissance, la formation professionnelle représente en France un immense marché de 32 milliards d’euros.

L’évolution des solutions technologiques pour la formation

L’émergence au début des années 2000 des formations à distance promettant l’efficacité pédagogique à peu de frais n’a pas fait long feu : les DRH ont réalisé que l’absence totale de présence humaine nuisait à la motivation des collaborateurs. Plus efficace, le Blended learning, mixant formation à distance et présentiel, a permis de trouver un point de connivence entre nécessité de réduire les coûts et accompagnement du plus grand nombre avec quelques limites car inadapté aux situations nécessitant de manipuler des objets, des machines ou de se déplacer dans des univers spécifiques. 

Quant aux Mooc, s’ils proposent parfois un contenu très qualitatif et une interaction intéressante, ils souffrent d’un sérieux déficit du fait de l’absence d’une relation one-to-one avec ce qu’elle recouvre d’intérêt et d’attention entre un sachant et un apprenant.

Ces tâtonnements sont normaux, l’émergence du Tech dans cet univers très traditionnel est récente et l’oscillation entre engouements excessifs et déceptions permet néanmoins d’avancer...  

Les applications de réalité virtuelle pour la formation : une immense opportunité

Si le Blended learning et les Mooc représentent une solution pour certains apprentissages, la Réalité Virtuelle et les Technologies immersives apportent de nouvelles options radicalement différentes.

Les grandes entreprises ont commencé à s’emparer du sujet et ce n’est pas un hasard. A l’origine utilisées en CAO (conception industrielle), leurs applications sont aujourd’hui infiniment plus larges : sensibiliser différents publics à des offres et des services, tester les réactions d’un client, voir la manière dont il interagit avec un produit, etc. Mais le domaine de la formation professionnelle constitue peut-être le domaine d’application le plus fascinant.

Mettre en place des procédures d’entraînement dans le cadre de préparations de missions, former à l’utilisation d’une machine-outil, préparer à un exercice d’évacuation lors de catastrophes, former à la pose d’enduits ou à la maîtrise des risques sur un échafaudage… 

Avec la réalité virtuelle, tous les scénarios sont possibles et leur amplitude peut être modulée et contrôlée, tout comme le niveau de stress ou le nombre de personnes impliquées. Il ne s’agit plus seulement de réunir formateur et apprenants dans un lieu unique mais de pouvoir interagir, à plusieurs, à distance et en même temps, avec des objets dont on peut reproduire les comportements, qu’ils existent ou non. Récemment GRTgaz, filiale d’Engie, a démarré une formation à une nouvelle station de gaz pour son personnel spécialisé dans la maintenance. L’application se révèle aussi efficace pour apprendre les bons gestes que pour prévenir les risques.

La réalité virtuelle s’avère très utile dans le cas d’une formation à réaliser dans un environnement qui n’existe pas encore ou dans le cas d’un dispositif ou appareil difficile à utiliser ou monopoliser, comme un avion par exemple. Dans le même esprit, il peut être nécessaire de faire appel aux technologies immersives pour mettre en pratique des situations exceptionnelles, dangereuses ou qui nécessitent des moyens financiers importants. 

Avec une accessibilité simplifiée, les sites de formation pouvant être dupliqués, la réduction des coûts est évidente et aucune usure des équipements ne sera constatée. Par ailleurs, les frais associés aux formations (déplacements, hôtellerie) sont ici réduits à zéro : il suffit pour chaque apprenant d’être équipé d’un casque adapté, objet désormais performant et tout à fait accessible.

Gage de motivation des collaborateurs (et des DRH) qui regrettent souvent l’absence de feed-back clairement mesurables, l’évaluation de la progression des apprenants est particulièrement facile, chaque session pouvant être enregistrée, chaque geste décortiqué et comparé en post-formation.

Répondre aux enjeux de formation des entreprises, salariés et demandeurs d’emploi

En termes d’efficacité pédagogique, la dimension expérientielle et l’interaction apportées par l’immersion sont déterminantes ! La démocratisation du matériel ainsi que le ROI facilement mesurable permettent aux PME, ETI et grandes sociétés de formation de devenir rapidement plus compétitives. Cette technologie permet aux organisations, quelle que soit leur taille, de viser un triple objectif : économiser des coûts, favoriser la montée en compétences et… valoriser le rôle central du formateur qui ne peut être remplacé par la machine.

Réalité virtuelle