Négocier son salaire à l'embauche en période de crise Evaluer ce que l'entreprise peut offrir...

Partir avec l'idée qu'en temps de crise, on ne peut pas négocier son salaire avec son futur employeur est une erreur. Il faut surtout se faire une idée précise du rapport de forces dans lequel on se trouve. Vous affûterez vos arguments en fonction.

 

Votre capacité à obtenir une amélioration de l'offre dépendra beaucoup du succès financier de la société

En période d'instabilité économique, il faut être réaliste mais pas fataliste à l'égard du marché. Il est vrai que les sociétés ne peuvent plus, en règle générale, promettrent à leurs nouvelles recrues les mêmes différentiels de salaire qu'elles offraient il y a deux ou trois ans.

Cependant, il y a toujours de la marge pour une négociation. Votre capacité à obtenir une amélioration de l'offre dépendra beaucoup du succès financier de la société. Recherchez toutes les informations possibles pour déterminer dans quelle mesure vous pouvez insister au cours des négociations. Vous devez donc vous renseigner sur le chiffre d'affaires de l'entreprise, sa croissance, les pratiques internes si vous disposez de relais sur place. "Les études de rémunérations des cabinets de recrutement, les articles de presse et les sites Internet spécialisés sont des sources fiables d'information pour (ré)évaluer son salaire", cite Oliver Gélis, directeur général de Robert Half International. Disposer d'un réseau professionnel de confiance peut aider sur ses questions de benchmark de salaire mais n'en espérez pas trop : parler rémunération reste encore fortement tabou en France.

Salaires / Negociation