Frédéric Billot (Grisbee) "Nous visons les 300 millions d'euros d'encours d'ici 2019"

Tout à la fois robo-advisor et agrégateur de comptes et d'actifs patrimoniaux, la plateforme Grisbee sort aujourd'hui son premier produit, un contrat d'assurance-vie en ligne arbitré par Carmignac.

JDN. Vous lancez Grisbee Vie, un contrat d'assurance-vie en ligne. Encore un contrat d'assurance-vie, a-t-on envie de dire. Qu'est-ce que ce produit à de différent ?

Frédéric Billot, cofondateur de Grisbee. © Grisbee

Frédéric Billot. Ce contrat sera le premier à sortir en gestion sous mandat d'arbitrage avec un acteur majeur de la gestion, à savoir Carmignac. Je dis "sera" car la gestion sous mandat n'est pas disponible tout de suite. Elle le sera d'ici quelques semaines. C'est une grande nouveauté pour le secteur : jusqu'à aujourd'hui, cette société ne faisait pas de gestion sous mandat avec des acteurs Internet (Carmignac a annoncé un partenariat similaire avec Linxea le jour de la publication de cette interview, ndlr). Pourquoi commencer avec nous ? Parce qu'ils ont adhéré à notre vision des choses et à notre outil en particulier. Nous savons qu'ils ont commencé à travailler sur ce domaine-là et qu'ils devraient ouvrir le marché, mais ça reste une bonne nouvelle qu'ils aient commencé par nous. Nous allons proposer trois profils différents, avec une part de fonds euros plus ou moins importante en fonction du profil. Dans la part d'unités de compte gérée par Carmignac, ce sont leurs fonds qui seront mis en avant. Pour nous, c'est un gage de sérieux, parce qu'ils connaissent ce qu'ils proposent à leurs clients. Ils maîtrisent bien leurs investissements.

Ce contrat permet donc uniquement de faire de la gestion sous mandat ?

Non, Grisbee Vie permet également de faire de la gestion libre. Comme tout contrat en ligne, il est compétitif sur la partie frais, avec 0,60% de frais de gestion sur la gestion libre, 0,80% sur la gestion sous mandat et pas de frais d'entrée ni de sortie. Il est ouvert à partir de 1 000 euros de souscription et peut-être souscrit 100% en ligne, via la signature électronique. Nous proposons deux fonds euros, Suravenir Opportunités et Survavenir Rendement, et plus de 300 unités de compte dans lesquelles on retrouve quelques SCPI, une SCI ainsi que des ETF.

Pour nos lecteurs qui ne la connaissent pas encore, pouvez-vous nous présenter votre plateforme, Grisbee ?

"Grisbee est un coach financier nouvelle génération"

C'est un coach financier nouvelle génération. Nous l'avons lancé officiellement en octobre 2016 dans l'objectif que chaque Français puisse bénéficier d'un conseil financier, quelle que soit sa situation financière et personnelle. Lorsqu'ils cherchent de bons conseils, les Français ne s'adressent pas à leur banquier, qu'ils perçoivent comme un vendeur de produits et qui, d'ailleurs, ne dispose pas forcément des bons outils pour les accompagner dans leur problématique patrimoniale. Quant aux conseillers en gestion de patrimoine, pour des questions de contrainte réglementaire et de temps passé, ils ne peuvent pas s'adresser à l'ensemble des Français mais seulement aux patrimoines importants.

Alors que propose Grisbee ?

Plusieurs services. D'abord, l'utilisateur peut consolider l'ensemble de son patrimoine et le suivre de manière détaillée. Les agrégateurs de comptes, ça existait déjà, par exemple Linxo, qu'on encapsule d'ailleurs, mais là, l'utilisateur peut suivre l'ensemble de son patrimoine et des actifs qui ne sont pas suivis de manière automatique : l'immobilier, les forêts, un bateau, des bijoux… etc. Certains utilisateurs qui ont testé notre version bêta nous ont confié avoir abandonné la macro Excel qu'ils utilisaient depuis 20 ans pour suivre leur patrimoine et le valoriser.

"Grisbee Vie sera le premier contrat d'assurance-vie à sortir en gestion sous mandat d'arbitrage avec un acteur majeur de la gestion, à savoir Carmignac"

Nous proposons aussi un check-up complet de la santé financière de l'utilisateur, à travers différents indicateurs comme le niveau de diversification de son  patrimoine, son niveau d'impôt sur le revenu, d'ISF, sa future pension de retraite, les frais de succession auxquels il peut avoir à faire face, sa situation d'épargne, d'endettement… Ces indicateurs sont calculés de façon automatique par nos algorithmes. Des petits pictogrammes sont là pour leur indiquer si de tels niveaux sont logiques d'après nous.

Enfin, nous leur formulons une recommandation sur chaque indicateur grâce à l'algorithme. On va notamment pouvoir donner des conseils à la personne pour optimiser sa retraite. Les utilisateurs peuvent se servir seuls de notre outil mais ils peuvent aussi être accompagnés par des conseillers, soit pour les aider en termes de support, soit dans gestion de leur problématique financière.

Vous les renvoyez vers des conseillers en gestion de patrimoine maison ?

Tout à fait, on a notre propre cabinet, Grisbee Gestion Privée. Nos conseillers interviennent principalement par téléphone. On peut aussi les contacter par chat et prochainement par visioconférence. Pour l'instant nous n'avons que quelques conseillers, mais notre dernière levée de fonds (3 millions d'euros auprès de Crédit Mutuel Arkéa en octobre 2016, ndlr) va nous permettre d'accélérer sur ce volet-là notamment.

Quelle est la différence entre votre solution et l'offre des robo-advisors ?

"Avec notre outil, l'utilisateur peut consolider l'ensemble de son patrimoine, y compris les actifs qui ne sont pas suivis de manière automatique comme l'immobilier, les forêts…"

Notre outil fait de la gestion de patrimoine globale. Aujourd'hui, les robo-advisors traitent principalement une poche, qui est l'assurance-vie, et les placements sur les marchés financiers. Nous, notre premier point différenciant c'est de proposer une vision globale. Nous adressons un conseil patrimonial dans son ensemble. On va pouvoir traiter les problématiques fiscales, de préparation à la retraite, d'endettement et d'emprunt immobilier notamment. Nous sommes les premiers à faire ça en France. Nous ne sommes pas sur de l'allocation tactique d'actifs mais sur de la macro allocation et de la gestion globale de son patrimoine.

Alors qui sont vos concurrents directs ? Les conseillers en gestion de patrimoine ?

Oui en quelque sorte. Encore que… Grisbee est très différent d'un CGP dans le positionnement. Les CGP ne s'adressent qu'aux Français qui ont du patrimoine alors que nous, nous voulons élargir le marché de la gestion de patrimoine en permettant au plus grand nombre d'en profiter. Les personnes qui ont plus de 10 millions d'euros de patrimoine sont bien soignées par les grands banquiers privés ou les CGP. Nous n'avons pas ce type de profils dans nos utilisateurs. C'est compliqué de les attirer au sein de Grisbee.

"Nous arrivons à capter l'intérêt des patrimoines entre 2 et 5 millions d'euros"

En revanche, nous arrivons à capter l'intérêt de ceux qui ont entre 2 et 5 millions d'euros de patrimoine. Le patrimoine moyen des utilisateurs durant la phase de test s'élève à 300 000 euros Ce sont des personnes qui ont envie d'indépendance et qui n'ont pas envie d'avoir à  faire avec un conseiller, et notre outil peut être utilisé de manière autonome. Nous ne poussons pas à la souscription de produits financiers. On peut tout à fait utiliser Grisbee comme un outil d'aide à la décision et mettre en place celle-ci tout seul, de son côté. En revanche, on n'a pas accès à toutes les fonctionnalités de la plateforme. Si on veut que ce soit le cas, il faut passer sur les abonnements payants.*

Quels sont vos objectifs en termes d'actifs sous gestion et d'utilisateurs ?

Nous visons 100 000 utilisateurs supplémentaires courant 2017. Je dis "supplémentaires" car Grisbee compte quelques milliers d'utilisateurs pour l'instant. En termes d'encours sous gestion, nous visons les 300 millions d'euros d'ici 2019.

Est-ce que vous planifiez de sortir d'autres enveloppes que l'assurance-vie ?

"Nous ne fermons pas la porte à l'éventualité d'adresser le marché BtoB"

Oui, la phase produits est devant nous. Nous pensons notamment avoir un PERP maison en 2017.

Envisagez-vous de servir le marché BtoB ?

Depuis quelque mois, nous sommes pas mal sollicités par des acteurs financiers, des acteurs de la gestion de patrimoine, des banques etc. pour réfléchir à l'opportunité de mettre à disposition nos outils. Nous ne fermons pas la porte à cette éventualité mais notre priorité est actuellement d'adresser le marché BtoC.

Vous souhaitez mettre les bouchées doubles sur la recherche en matière d'IA pour intégrer des situations patrimoniales atypiques. Comment allez-vous faire ?

"Nous pensons avoir un PERP maison en 2017"

Aujourd'hui, notre outil va bien prendre en compte la situation d'un utilisateur. En revanche, on ne le connait pas parfaitement. On ne connaît pas sa personnalité, ses goûts, ce qu'il aime faire… On parle beaucoup de machine learning en ce moment. Notre but est d'offrir un outil de plus en plus pertinent, d'analyser des groupes d'utilisateurs, de les rassembler et de formuler des recommandations pertinentes au sein de ces différents groupes. L'objectif est d'améliorer nos recommandations, pour faire en sorte qu'elles soient de plus en plus adaptées à la situation de la personne, à ses objectifs et à sa façon d'envisager les choses. Cela viendra aussi avec le nombre de données que nous aurons dans l'outil. Plus on aura de données, plus ou pourra analyser tout cela. On va également recruter des data scientist qui vont nous permettre d'accélérer dans ce domaine.

* De 4,90 à 9,90 €/mois.

Et aussi

Assurance-vie / Fintech