Compte courant : définition et fonctionnement

Compte courant : définition et fonctionnement Un compte courant peut appartenir à un particulier ou à une entreprise, et permet à son titulaire de réaliser toutes ses opérations quotidiennes. Bien souvent, des comptes d'épargne s'ajoutent au compte courant.

Définition du compte courant

Le compte courant est le dispositif bancaire dont se sert le client d'une banque pour ses achats, ses retraits et ses dépôts quotidiens. Le plus souvent, un compte courant s'oppose à un compte épargne : c'est bien souvent depuis le premier que le second est alimenté lorsqu'il s'agit de mettre de l'argent de côté.

Ouvrir un compte courant

Un compte courant peut être ouvert auprès d'un établissement bancaire classique, d'une banque en ligne, voire auprès d'un bureau de tabac avec le dispositif Compte-Nickel. Pour ouvrir un compte courant, le client doit signer une convention d'ouverture de compte, établie entre lui et l'organisme qui hébergera les fonds déposés. Lors de l'ouverture de son compte courant, l'usager se verra remettre les moyens de paiement correspondants (carte bleue, chéquier...) ainsi qu'un relevé d'identité bancaire (RIB).

Fermer un compte courant

En matière bancaire, on parle de clôturer un compte courant lorsque l'on souhaite stopper les opérations qui y sont réalisées. Pour mener à bien cette procédure, il suffit d'adresser une lettre de clôture à sa banque. Une fois cette formalité effectuée, le détenteur du compte doit s'assurer qu'il reste assez d'argent pour s'acquitter des virements et autres opérations automatiques déjà enregistrées. Une fois ses débiteurs prévenus, le détenteur du compte doit remettre à sa banque tous les moyens de paiement liés au compte à fermer. Cette dernière a alors dix jours ouvrés pour clôturer le compte courant.

Compte courant rémunéré

Ce n'est pas la règle dans toutes les banques, mais la loi l'autorise : un compte courant peut être rémunéré en France. Cela signifie que, comme pour les comptes d'épargne, un taux d'intérêt peut être appliqué au montant présent sur le compte courant. Chaque année, le détenteur du compte reçoit alors un récapitulatif des intérêts qu'il a perçus.

Compte courant d'associé

Le compte courant d'associé est une procédure que peut suivre une entreprise lorsqu'elle cherche à renforcer ses fonds propres ou qu'elle a besoin de financement. Cela signifie qu'un associé ou le dirigeant de la société prête de l'argent ou accepte de renoncer temporairement à des créances qui lui sont dues. Lorsqu'une société établit un compte courant d'associé, elle s'engage, comme pour un prêt classique, à rembourser le prêteur, et des intérêts s'ajoutent à la somme prêtée au départ.

Compte courant débiteur

Un compte courant est débiteur lorsque les flux sortants sont plus importants que les flux entrants. En clair lorsque les dépenses sont plus importantes que les recettes. La situation d'un compte courant débiteur dépend de l'autorisation de découvert que le client a souscrite auprès de sa banque : si le montant débiteur est supérieur à celui autorisé, le détenteur du compte devra payer des agios. Dans le cas contraire, il n'y aura pas de frais, mais le client sera tout de même prié de régulariser rapidement la situation en déposant de l'argent sur le compte courant débiteur.

Taux d'intérêt sur un compte courant

Si le compte courant est rémunéré, le taux d'intérêt est déterminé par la banque qui l'héberge. Chaque année, le détenteur du compte recevra un récapitulatif des intérêts reçus. Dans le cas d'un compte courant d'associé, les intérêts perçus par l'associé prêteur doivent être déclarés comme revenus de capitaux mobiliers, et sont ainsi imposés au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

Apport en compte courant

L'apport en compte courant d'associé s'oppose à l'apport en capital social lorsqu'une entreprise cherche des sources de financement, ou à renforcer ses fonds propres. L'apport en compte courant consiste donc à prêter de l'argent enregistré au passif de l'entreprise, qui devra rembourser lorsque sa situation financière le permettra. En attendant, elle est liée au prêteur à qui elle devra également des intérêts. L'apport en capital peut prendre la forme d'un montant apporté à la société, ou d'apports en nature. Il est souvent réalisé dès la création de l'entreprise puisqu'il vient abonder son capital social. En échange d'un apport en capital, l'apporteur dispose de droits et de devoirs concernant la gestion de la société.

Abandon de compte courant

Un associé ayant prêté de l'argent à une entreprise au titre du compte courant d'associé peut accepter d'abandonner sa créance, ce qui permet à la société d'effacer cette dette à son bilan. Le plus souvent, l'abandon de compte courant est associé à une clause de retour à meilleure fortune, ce qui signifie que la société s'engage à rembourser le prêt dès que sa situation le permet.

Relations avec sa banque

Annonces Google