Faux billet : comment le reconnaître ?

Le faux billet est partout, que l'on soit commerçant ou acheteur. Il empoisonne les trésoreries. Il existe pourtant des techniques pour le reconnaître facilement.

Comment reconnaître un faux billet ?

Même si de nouveaux billets font régulièrement leur apparition, les faussaires rivalisent d'ingéniosité pour produire des coupures identiques. Toutefois, plusieurs indices peuvent être identifiés pour reconnaître un faux billet. Pour cela, la technique du TRI est la base. TRI signifie "Toucher, Regarder et Incliner". Le toucher permet de juger de la qualité du papier. La texture doit être dure et émettre un son craquant lorsqu'on chiffonne le billet. Plusieurs éléments se distinguent par leur relief : chiffres, lettres, motif. Les nouveaux modèles de billets ont, en outre, une série de petites lignes noires sur les bordures gauche et droite. Tous ces éléments sont perceptibles lorsque l'on passe le doigt dessus.Regarder les billets permet de détecter les erreurs. Il suffit pour cela de les examiner par transparence. Les images floues (valeur du billet et fenêtre) deviennent alors nettes. Les nouveaux billets comportent en plus le portrait de la princesse mythologique Europe qui se dévoile lui aussi en transparence. Un fil de sécurité doit également apparaître. Sur les anciens billets, il est possible d'y lire la valeur du billet en lettres blanches. Sur les nouveaux, le symbole € remplace le mot "euro".Incliner le billet est aussi un excellent moyen de déceler les erreurs. Avec un mouvement de haut en bas et de bas en haut, les différents hologrammes inclus dans les billets de petites valeurs présentent une image changeante. À partir de 50 euros, c'est la pastille argentée qui se modifie.

Détecteur de faux billet Deux types de détecteurs de faux billets de banque sont disponibles : l'un manuel, l'autre automatique. Les stylos ne garantissent pas une vérification fiable à 100%. C'est la raison pour laquelle un modèle à lampe UV, ou mieux, automatique, est plus sûr. Le premier utilise la lumière blanche pour détecter les caractéristiques sensibles aux ultraviolets des billets. Le détecteur automatique effectue les 7 contrôles indispensables (encre magnétique, épaisseur, fil métallique...). C'est le moyen le plus sûr du marché.

Faux billet de 50 eurosLe nouveau billet de 50 euros, mis sur le marché en 2017, présente de nouvelles caractéristiques. Ainsi, un portrait d'Europe apparaît en filigrane dans une fenêtre transparente située dans une bande métallique à droite du billet. Le chiffre 50, vert émeraude, change de teinte lorsque l'on incline le billet. Autre moyen de lutter contre les faussaires, les bandes en relief sur les côtés des billets.

Faux billet de 100 euros

Le nouveau billet de 100 euros n'est pas encore dans les porte-monnaie, mais plusieurs spécificités peuvent permettre de reconnaître une vraie coupure d'une fausse sur le billet de 100 euros en circulation depuis 2002. En premier lieu, il convient de regarder la pastille holographique. En inclinant le billet, la valeur faciale doit alterner avec une fenêtre. Au verso, le chiffre 100 doit passer du violet au vert olive. Sous certains éclairages, ce teint peut sembler brun.

Faux billet de 20 euros

Comme tous les billets, celui de 20 euros doit être ferme et légèrement craquant. Les nouveaux billets possèdent en outre des bandes noires de petite taille sur les côtés. Le chiffre 20 doit être en léger relief. Lorsque l'on regarde le billet par transparence, une bande de sécurité noire doit apparaître derrière le montant. Le portrait d'Europe doit apparaître dans la fenêtre blanche, ainsi qu'à droite du billet en hologramme. L'effet de lumière du chiffre en bas à gauche va du vert au bleu.

Relations avec sa banque

Annonces Google