Rubedo : zoom un CMS open source bâti sur MongoDB et ElasticSearch

Rubedo Bâti sur des technologies de pointe, un nouveau CMS open source français tente de percer sur le marché B2B. Focus sur un outil innovant et audacieux, loin d'être réservé au Big Data.

Y a-t-il encore de la place sur le marché des CMS open source ? C'est en tout cas ce que croit WebTales, l'équipe française qui se cache derrière Rubedo, une solution open source de gestion de contenu récemment lancée qui présente plusieurs originalités. A commencer par son impressionnant socle technique : Rubedo repose en effet sur une base NoSQL (plus exactement MongoDB), et embarque ElasticSearch. Un tandem qui peut faire des étincelles en matière de souplesse et de performance, la base NoSQL apportant agilité et extensibilité, et ElasticSearch permettant d'indexer en temps réel de grands volumes de données. Ce moteur propose aussi nativement une recherche à facette très performante, ce qui pourra intéresser des e-commerçants, d'autant que Rubedo propose depuis juillet dernier d'autres fonctionnalités pour eux.

Un socle technique impressionnant

MongoDB et ElasticSearch sont deux technologies capables de gérer de très gros volumes de données, et sont donc bien souvent associées à la notion de Big Data. Rubedo est donc réservé aux sites ayant de très gros volumes ? "Pas forcément", corrige Vincent Maucorps, consultant avant-vente et spécialiste des CMS chez la SS2L Smile, "car qui peut le plus, peut le moins. "A ces deux technologies de pointe, que Rubedo est le seul CMS open source à embarquer nativement, s'ajoute ExtJS, un framework aussi très puissant. Sous le capot, à noter également, Twig pour le moteur de templates, et Twitter Bootstrap pour le framework front-end.

rubedo menu démarrer
Le back office de Rubedo, avec son menu Démarrer, ne déstabilisera les utilisateurs habitués à Windows. © Rubedo - capture

MongoDB, ElasticSearch, Big Data : les termes peuvent aussi impressionner. De quoi dissuader même. Rubedo nécessite-il un gros bagage technique, et est-il réservé à une élite ? "L'installation peut demander un certain niveau technique, car Rubedo ne repose pas sur les composants les plus simples. Cela peut faire peur, techniquement, au début, mais après, à l'usage, Rubedo et son back office se révéleront très faciles à prendre en main", promet Vincent Maucorps.

Selon le spécialiste des CMS, l'installation complète est évidemment un peu plus difficile que celle proposée par certains hébergeurs qui permettent de mettre en ligne un site WordPress en quelques clics. Rubedo propose cependant une solution hébergée, en mode cloud, de son CMS. Mais ensuite, son back office est très intuitif : présenté sous la forme d'un bureau, avec des fenêtres et un menu Démarrer, les utilisateurs de Windows sauront vite l'utiliser...

rubedo
A gauche, le back office de Rubedo, à droite le front, avec le billet en train d'être édité... © Rubedo - capture

Personnalisation du contenu en temps réel

Présente depuis peu sur le marché, avec une v1 lancée en 2013, la solution ne compte évidemment pas encore une liste d'utilisateurs semblable à celle des autres CMS bien installés. Mais elle a déjà su taper dans l'œil de plusieurs spécialistes. "Au dernier salon CMSday, les démos qui étaient réalisées ont impressionné", se souvient Vincent Maucorps, présent sur ce salon en tant que président du comité du programme. Lors de cet événement, ce CMS a d'ailleurs réussi à rafler deux prix, deux années de suite. D'abord, celui de l'innovation, "grâce à son socle technique très novateur", se souvient l'expert de Smile, qui était dans le jury. L'année suivante, ce sont les innovations en front-office qui lui ont permis d'être récompensé. C'était cette fois notamment grâce aux "Magic Queries" que le CMS a introduit dans sa version 2.2. Ces Magic Queries désignent une fonctionnalité gratuitement fournie qui permet de personnaliser du contenu en temps réel - un atout qui veut notamment aider les e-commerçants à améliorer leur taux de conversion.

 

e-commerce, forum très vivant, portail à forte audience, usine à sites... Rubedo peut convenir à plusieurs usages.

Utilisateurs et déploiements

Aujourd'hui, la solution, jeune (sortie depuis peu de l'incubateur de l'Ecole Centrale), peut tout même faire défiler sur son site quelques références : Mille Pépites, Adionics, Teralab, Zimmer Institute, FPS Towers (ex-Bouygues Télécom), ou Alliance Big Data. Parmi elles, figurent des sites qui ne traitent pas spécialement d'énormes volumes de données. Ce qui s'explique par son socle technique, et son champ d'applications possibles est assez vaste : e-commerce, forum très vivant, portail à forte audience, collaboratif, usines à sites... Chez Smile, il y a aussi des projets de déploiement en cours, à Dubaï, avec Global Gases qui a été séduit par la démonstration. "La démo les a complètement convaincus sur la facilité de prise en main et simplicité des déploiements multi-site", explique Vincent Maucorps.

Reste à savoir si le marché que cette solution vise, clairement le B2B, lui fera une place. Pour cela, Rubedo ne devra pas seulement compter sur ses innovations de pointe, mais aussi sur sa capacité à fédérer une communauté et à s'imposer sur un marché compliqué, attaqué par de nombreux acteurs (Magnolia, EZPublish, Jahia, et Drupal). WebTales, l'éditeur de Rubedo, qui a été lancé par trois anciens de Klee, après une dizaine années d'expérience en SSII, compte en tout cas bien se faire une place au soleil. Sur son site, l'éditeur rappelle que l'audace est un "maître-mot" qui "guide ses équipes". "Au cours de nos précédentes expériences, nous avons pu voir que de nombreux sites web et CMS rencontrent de gros problèmes de performance, avec des contenus parfois aussi trop difficiles à mettre à jour. Certains CMS bien connus ont été créés il y a plus de dix ans. Ils commencent à être un peu vieillissants, et reposent sur des socles techniques un peu dépassés face à certains enjeux de performance ou de temps réel", indique Audrey Dumas, l'un des trois fondateurs de WebTales, expliquant au passage la raison d'être de Rubedo.   

editeur photo
L'éditeur d'image est intégré au sein même de l'interface web du back office, et accessible par un double clic depuis cette dernière. © Rubedo - capture