Asana, une app de gestion de projet "à la Facebook" qui cartonne

Créée par deux anciens de Facebook, Asana entend favoriser le travail collaboratif sans e-mail. Sa nouvelle version l’ouvre davantage aux débutants de la gestion de projet.

C’est en voulant améliorer la productivité des développeurs de Facebook que Dustin Moskovitz a eu l’idée d’Asana. Plus jeune milliardaire du monde (il est né 8 jours après Mark Zuckerberg), ce co-fondateur de Facebook a quitté le réseau social en 2008 pour concevoir cette application web et mobile de gestion de projet sans e-mail. Il a été aidé dans cette tâche par Justin Rosenstein, un ancien de Facebook et de Google, qui a participé, entre autres, à la création du bouton "like" et du module de chat de Gmail.

140 000 clients dont 10 000 nouveaux chaque mois

De gauche à droite : Dustin Moskovitz et Justin Rosenstein, co-fondateurs d’Asana. © Asana

Terme sanskrit et figure du Yoga qui se traduit littéralement par la " manière d'être assis ", Asana est d’utilisation très simple. L’application permet de décomposer un projet en tâches que l’on assigne ensuite aux différents intervenants. On attribue à ces tâches un descriptif, des pièces jointes (un cahier des charges, des captures d’écran…), des commentaires et bien sûr une date butoir.

Les participant suivent les étapes du projet sur un calendrier de projet partagé et reçoivent des alertes par notifications. De son côté, le chef de projet dispose d’un tableau de bord lui donnant une vue synthétique de la progression du chantier.

Concurrent d’autres solutions de travail collaboratif en mode SaaS comme Slack, Basecamp ou Trello, Asana est gratuite jusqu’à 15 membres mais pour un nombre illimité de projets et de tâches. La startup américaine qui porte son nom revendique plus de 140 000 clients dont 10 000 nouveaux chaque mois. Parmi ses références, on trouve des acteurs du web (Uber, Pinterest, Snapchat, Airbnb, Spotify…), des distributeurs (Tesco, Toysrus, Abercrombie & Fitch…) ou encore des établissements académiques (comme Havard et l’Université de Virginie).

Une entrée en bourse d'ici deux ans ?

Le chiffre d’affaires de sa société a été multiplié par 2,3 en un an. C’est ce qu’a récemment indiqué Dustin Moskovitz, sans toutefois en préciser le montant. Asana, qui a levé 38,2 millions de dollars en quatre tours de tables, compte notamment Sean Parker, le fondateur de Napster, parmi ses investisseurs. La jeune pousse qui emploie plus de cent salariés pourrait, d’après le site TechCrunch, s’introduire en Bourse d’ici 18 à 24 mois.

Assignation des tâches aux différents intervenants d’un projet sur poste de travail ou mobile. © Capture

Fin septembre, Asana a fait peau neuve. Plus épurée, son interface vise à élargir la gestion de projet au plus grand nombre. Toujours pas traduite en français, la nouvelle version est aussi plus ludique. Un petit cœur permet, par exemple, de célébrer chaque tâche accomplie.

La gestion de projet pour tous

Consultant SEO/SEA au sein du cabinet XprDev, Valentin Simony utilise Asana depuis plus d’un an et demi. La nouvelle version l’a quelque peu déstabilisé mais il reconnaît, que plus intuitive, "elle s’avère dans la pratique être mieux adaptée aux personnes qui ne sont pas rompues aux logiciels de gestion de projet". En l’occurrence, ses clients qu’il invite à rejoindre Asana.

La promesse d’un travail collaboratif sans courriel pas tenue ?

En revanche, Valentin Simony estime que la promesse d’un travail collaboratif sans courriel n’est pas tenue. "Les habitudes sont tenaces et la qualité de l’application n’est pas en cause. L’e-mail revient souvent dans la boucle surtout quand il y a un grand nombre de participants", constate-t-il.

Calendrier partagé avec dates butoir des tâches à accomplir. © Capture

Le consultant qui a toujours un onglet Asana ouvert sur son poste de travail, utilise aussi l’appli en situation de mobilité sur son smartphone Android. Il apprécie tout particulièrement l’intégration de la solution à d’autres outils via de multiples connecteurs.

Une intégration à de nombreuses applications SaaS tierces

Il est ainsi possible de visualiser ses projets en diagramme de Gantt grâce à Instagantt, de sortir des statistiques avec Flowbs, de synchroniser Asana avec Google Agenda, Evernote ou Dropbox, ou d’ajouter des pages web à la volée avec les extensions Chrome, Firefox et IE. Valentin Simony mesure aussi le temps passé à chaque tâche avec Harvest. Un indicateur précieux pour mesurer sa productivité mais aussi pour facturer sa prestation.

Etat d’avancement du projet et évaluation du "reste à faire". © Capture

SaaS / Collaboratif