60% des entreprises du CAC40 ont adopté Office 365

Société Générale, Alstom, Legrand, Vinci... Les fleurons de notre économie optent massivement pour la suite collaborative de Microsoft. Tour d’horizon de ces déploiements.

Le rouleau compresseur Microsoft est en marche. Dans la guerre qui l'oppose à Google dans l'adoption des solutions collaboratives en mode cloud en entreprise, le groupe de Redmond a mis le turbo. Google a bien su accrocher ces dernières années de belles références parmi les fleurons de l'économie française – Air Liquide, Lafarge, Essilor ou Valeo utilisent ses Google Apps for Work. Mais, depuis,  Microsoft a mis les bouchées doubles, boosté par le discours "mobile first" et "cloud first" de son PDG, Satya Nadella. Résultat : 60 % des entreprises du CAC40 utilisent tout ou partie de sa suite Office 365. "Le déclic s'est produit il y a deux ans. Aujourd'hui, nous assistons à une accélération des projets", observe Nathalie Wright, directrice de la division grandes entreprises et alliances de Microsoft France.

630 000 utilisateurs d'Office 365 recensés dans le Cac 40

Dans ce dossier, le Journal du Net a recensé dix groupes du CAC40 qui mettent en œuvre Offce 365, totalisant plus de 630 000 utilisateurs de l'offre de Microsoft (voir le tableau ci-dessous). Ces projets les plus emblématiques ? Annoncé il y a un an, le programme DigitForAll de la Société Générale vise par exemple à installer SharePoint, Skype for Business ou Yammer sur le poste de travail de 150 000 collaborateurs. Chez Accor et Vinci, des chantiers de migration dépassent les 100 000 utilisateurs. (Et notre panorama ne prend pas en compte les 60 000 postes récemment annoncés par Suez Environnement, ce dernier ayant quitté le CAC40).

Face à Google, Microsoft joue sur ses atouts : sa présence historique en entreprise, son réseau dense de partenaires et, bien sûr, mais aussi le volet de sécurisation des données. Ce dernier point étant le principal frein évoqué à l'adoption des services SaaS. "Pour un grand compte, le respect de la localisation des données et la data privacy sont des éléments essentiels", rappelle Nathalie Wright. Microsoft recommande un hébergement des données sensibles au sein de l'infrastructure même de l'entreprise ou chez un hébergeur. Ce que permet de réaliser Office 365, puisqu'il donne le choix entre une déclinaison SaaS... et une version internalisée. Une alternative qui demeure impossible avec les Google Apps.

Première brique : la messagerie

Le déploiement des différents modules d'Office 365 est réalisé progressivement par les acteurs du CAC40 engagés. La première brique porte en général sur la messagerie avec la volonté de basculer vers une boîte aux lettres nouvelle génération. "En 2013 et 2014, on a assisté à une vague importante de migrations de Lotus Notes d'IBM vers Microsoft Office 365", note Cyril Drevon, responsable de l'activité infrastructure à l'agence Exakis de Lyon, un Microsoft Gold Partner.

Legrand a ainsi fait basculer 20 000 boîtes aux lettres Lotus Notes vers Exchange Online et Lync (devenu depuis Skype for Business) en moins de six mois. De fait, le mail et la messagerie instantanée vont généralement de pair. Pour les communications unifiées, l'accompagnement au changement est léger. Les utilisateurs ont en effet déjà souvent recours à ce type d'outil dans leur vie privée - avec Gmail ou Outlook. "Déployer Skype en même temps que la messagerie crée un effet 'Waouh'. Cela génère une dynamique positive", confirme Maximilien Chayriguès, dirigeant du cabinet EMS Conseil qui a notamment accompagné Alstom et LVMH.

Société

Nombre d'utilisateurs

Nature des déploiements.

Les groupes du CAC40 qui ont adopté Office 365

Accor

 

160 000

Projet initié en 2013. Déploiement d'Office 365 (incluant SharePoint Online) pour les collaborateurs et les franchisés dans le monde entier.

Alstom

 

85 000

Choix des solutions cloud de Microsoft dès 2010. Déploiement d'Office 365 dont Skype for Business. Accompagnement par Orange Business Services

Axa

 

NC

Déploiement d'Office 365 auprès d'Axa Global Direct.

BNP Paribas

 

NC

Déploiement de solutions Microsoft dont Skype for Business sur tablettes Windows 8.

Capgemini

 

8 000

Yammer retenu comme réseau social d'entreprise. Déploiement d'Office 365 (Exchange et SharePoint) pour les collaborateurs de la filiale Sogeti dès 2013.

Engie

 

Migration de la messagerie de GRTgaz sur Office 365.

Legrand

 

20 000

Migration des boîtes aux lettres Lotus Notes vers Exchange Online et Skype for Business. SharePoint et Yammer en cours de déploiement.

L'Oréal

 

25 000

Yammer retenu comme réseau social d'entreprise. En septembre 2014, déploiement d'Office 365 en phase pilote sur quelques centaines d'utilisateurs.

Société Générale

 

150 000

Déploiement de l'intégralité d'Office 365 sur les postes de travail annoncé en septembre 2014. Livraison de 90 000 tablettes sous Windows en cours de finalisation

Vinci

 

183 000

Premier déploiement d'envergure annoncé dès septembre 2012. A elle seule, la filiale Vinci Energies compte 42 000 comptes actifs (dont Skype for Business, SharePoint et Yammer)

Etape suivante, le collaboratif

Après la messagerie, l'étape suivante, c'est le collaboratif. La conduite du changement est, cette fois, plus complexe. Il faut introduire de nouveaux usages, de bonnes pratiques, en l'absence parfois d'existant. Avec Yammer, OneDrive et SharePoint, Office 365 propose toute une panoplie d'outils pour pousser et partager des contenus. Tout l'enjeu consiste à mettre en avant la brique la plus pertinente pour un usage donné. Alors que certaines organisations tentent d'éradiquer l'e-mail en interne, le risque serait grand sinon d'empiler les boîtes (messagerie, chat, réseau social d'entreprise (RSE)…). D'où l'importance de cet accompagnement au changement.

"Une entreprise du CAC40 a pour elle de disposer d'une population demandeuse de solutions de mobilité et d'innovation", positive Cyril Drevon. "Dans ces multinationales, les salariés ont l'habitude de travailler en équipes virtuelles, réparties aux quatre coins de la planète, notamment dans les départements recherche ou marketing. Il faut juste les guider vers les bonnes pratiques." Nathalie Wright y voit aussi un atout pour ces grands comptes d'attirer et de fidéliser les talents. Rompus à ce type d'outils, les jeunes actifs de la génération Y ne comprendraient pas que l'on puisse travailler autrement. 

Des enjeux avant tout organisationnels

Autre difficulté à surmonter pour les groupes du CAC40 : l'évolution permanente de ces solutions collaboratives avec des apports fonctionnels à peu près tous les 30 jours. Maximilien Chayriguès a compté 440 évolutions d'Office 365 en un an ! Un mode inhérent au SaaS mais un poil perturbant pour des entreprises qui ont l'habitude de mener un grand chantier de migration sur deux ou trois ans, puis de passer à un autre sans se retourner. "Les grands groupes doivent être en mesure d'absorber ces nouvelles fonctionnalités et de les restituer au bon département, un nouveau service peut être intéressant pour le marketing, un autre pour l'IT ", avance Cyril Drevon. Ce qui suppose d'avoir des ressources en interne de type transition manager ou community manager. Des profils qui ont commencé à apparaitre au sein des acteurs du CAC40.

Office 365 vs Google Apps for Work

Alors que Microsoft assoie sa légitimité sur sa connaissance du monde de l'entreprise, il est amusant de voir que l'éditeur a rapproché récemment les noms des modules d'Office 365 de ses solutions grand public afin de faciliter leur adoption. Lync est devenu Skype for Business, Exchange, Outlook.com. Tout l'inverse de Google qui, venant du grand public avec une approche pur web, tente de séduire les entreprises en professionnalisant son offre. "Le choix se fait là", tranche Cyril Drevon. "Les grands groupes qui veulent être dans la continuité des usages choisissent Office 365, ceux qui se positionnent sur le 'disruptif full web' se tournent vers les Google Apps", note-t-il. La différence ne se faisant donc pas, à ses yeux, sur les coûts, très proches.

Microsoft / Office 365