Antitrust : Intel devra bien verser une amende de 1,06 milliard d'euros

La justice européenne confirme la condamnation du fondeur à verser une amende record pour n'avoir pas respecté les règles de la concurrence.

Au terme de longs mois d'enquête, la Commission Européenne avait condamné en 2009 Intel à verser 1,06 milliard d'euros pour abus de position dominante. Une amende dont le niveau reste record en Europe. Bruxelles reprochait au fondeur d'avoir accordé des remises aux principaux constructeurs de PC (Acer, Dell, HP...). Objectif : faire en sorte qu'ils fassent le choix de ses composants pour 80 à 90 % de leurs ordinateurs. Dans la même logique, le groupe aurait même payé ces mêmes constructeurs pour retarder, voire annuler, la sortie d'ordinateurs équipés de matériel concurrent, principalement d'AMD (Athlon, Phenom...). Une politique qui aurait été appliquée entre octobre 2002 et décembre 2007.

Intel avait fait appel devant le Tribunal de l'Union européenne. Son but était de faire annuler la décision ou au moins d'obtenir une réduction de l'amende. Peine perdue. La justice européenne a rejeté le recours, et confirmé la décision prise, tout comme le montant de l'amende. Elle souligne notamment que la position dominante d'Intel n'était pas compatible avec les rabais accordés dans l'optique d'une concurrence non-faussée. Quant aux paiements effectués pour bloquer la commercialisation de produits AMD, ils montreraient également l'existence d'un intérêt à nuire à ce concurrent. Enfin, le tribunal estime que l'amende n'est pas disproportionnée, se situant "bien au-dessous du plafond" de 10% du chiffre d'affaires prévu en cas d'abus de position dominante.

Intel