Big Data : les 5 mesures du plan de soutien dévoilées

Fleur Pellerin a détaillé les mesures envisagées dans le cadre de son plan Big Data. En ligne de mire : l'aide à la formation de plusieurs dizaines de milliers de datascientists en France.

Dans le sillage de la feuille de route gouvernementale annoncée en février dernier (lire l'article : les 18 mesures du gouvernement pour le numérique), la ministre déléguée à l'Economie Numérique Fleur Pellerin a annoncé plusieurs mesures, actuellement en cours de finalisation, pour soutenir "une politique volontariste en matière de Big Data".

Ce "plan Big Data" est articulé autour de cinq axes. Le premier porte sur l'ouverture de formations de datascientists, aussi bien des formations initiales que continues, qui doivent être mises en place pour répondre à la montée en puissance des besoins et des usages liés au Big Data.

"On estime à 300 000 le nombre de datascientists nécessaires à l'Europe dans les années qui viennent", a précisé Fleur Pellerin. Le deuxième axe du plan Big Data, auquel Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif est associé, sera la "mise à disposition pour les start-up d'un kit de briques technologiques nécessaires à leur croissance". A ce titre, un centre de ressources technologiques, regroupant acteurs privés et publics, leur donnera accès à des bases de données notamment d'archivage web.

2
"Sur le front du Big Data, que de visions, d'espoirs mais aussi que de peurs ce débat peut susciter conernant notre avenir", a indiqué Susanne Wasum-Rainer, Ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne en France qui s'exprimait dans le cadre de la Garden-Party de l'Afdel qui s'est tenue le 3 juillet 2013 à l'Hôtel de Beauharnais à Paris. Au centre, Fleur Pellerin (ministre délégué à l'Economie Numérique), à droite Jamel Labed (Président de l'Afdel). © CCM Benchmark

Troisième pilier du plan Big data du gouvernement : l'objectif de renforcer la chaîne de financement de l'innovation en permettant l'émergence d'un ou plusieurs fonds d'amorçage dans le Big Data, aux côtés du fonds Ambition numérique existant. Le quatrième axe doit permettre d'initier des projets emblématiques dans le Big Data, en particulier sur des marchés verticaux comme les transports ou la santé, menés en parallèle de la politique actuelle en matière d'ouverture des données publiques (Open Data). Enfin, le cinquième axe proposé par Fleur Pellerin, consiste à stimuler l'écosystème du Big Data, par exemple en créant un réseau social du Big Data en France puis à l'échelle européenne en s'appuyant notamment sur la relation franco-allemande qui "peut être déterminante pour y parvenir".

L'élaboration du plan Big Data, présenté en marge de l'assemblée générale de l'Afdel, est actuellement en phase de finalisation et devrait faire partie intégrante du plan Innovation qui sera remis d'ici fin juillet au Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Pour le mettre au point, Fleur Pellerin s'est notamment appuyée sur les recommandations émises par l'Afdel et ses membres, dont en particulier Talend et Dassault Systèmes. 

"Le mouvement du Big Data commence maintenant, pas dans 5 ans. Ne pas agir tout de suite, c'est risquer de perdre une part de notre souveraineté économique, il faut donc saisir cette opportunité car nous pouvons agir et avons les atouts pour le faire", a fait savoir Fleur Pellerin.

 La réaction de Jamel Labed (Président de l'Afdel)

"Ce que nous voulons c'est faire de la France un pôle d'expertise mondiale du Big Data, ni plus ni moins. L'Afdel, incubateur du numérique en France, jouera le rôle qu'il convient pour soutenir et accompagner des entreprises."


Syntec Numérique et Cegid : leurs réactions en exclusivité


 La réaction de Guy Mamou-Mani (Président du Syntec Numérique)

"Nous partageons tous les mêmes valeurs et les mêmes espoirs et nous comptons beaucoup sur les actions communes avec l'Afdel et sur notre ministre pour porter ces valeurs. Notre pays en a besoin en ce moment. Le Big Data n'est qu'un élément du puzzle. Tout ce qui concerne le numérique, la mobilité, le cloud, les services associés et le Big Data sont aujourd'hui les composants de la solution aux grands enjeux de notre pays."

 La réaction de Patrick Bertrand (CEO du groupe Cegid et administrateur Afdel)

"Fleur Pellerin prouve une fois de plus son implication et sa compréhension du sujet et sa volonté de porter la logique du numérique et de marquer le fait qu'il y a probablement là une dynamique possible sur l'axe franco-allemand et notamment sur la filière Big Data. Travaillons plutôt sur tout ce que le Big Data peut apporter en applicatif notamment dans les grandes filières verticales comme le transport, la santé, l'éducation, la distribution... Des secteurs où la France peut prendre une place réelle en matière de Big Data. Il y a un effort à faire en termes d'éducation. Xavier Niel a montré le chemin, alors continuons."

Formation initiale / Big Data