Le datacenter "vert" prend une tournure politique

De la préservation du climat à l'éthique du climat : la consommation énergétique élevée des centres de données prend un tour politique. Mais une chose est certaine, les exploitants s'attachant à optimiser leur consommation réduisent leurs coûts.

De la préservation du climat à l'éthique du climat : la consommation énergétique élevée des datacenters prend lentement mais sûrement un tour politique. Le 1er avril dernier, la Grande-Bretagne a adopté la première loi européenne contraignant les entreprises à examiner activement la question des rejets de CO2 de leur datacenter. Celles dont la consommation énergétique annuelle dépasse 6000 MW/h - soit quelque 3425 tonnes par an de rejets de CO2 - doivent désormais acheter des certificats couvrant leurs rejets.

Leur volume entraînera soit des incitations sous forme de primes, soit des amendes s'ils sont trop importants, sans parler de la mauvaise réputation conséquente de pollueurs. La loi, le "Carbon Reduction Commitment (CRC) Energy Efficiency Scheme" (Programme d'efficacité énergétique avec engagement de réduction des rejets de carbone) entend contribuer à réduire les rejets de gaz à effet de serre à hauteur de 80 % à l'horizon 2050.
 
Contraintes juridiques ou autodiscipline ?
L'UE table quant à elle sur l'autodiscipline. Le 30 octobre 2008, elle a donné naissance à une initiative en direction des entreprises pour réduire la consommation électrique de leurs datacenters. Ce "Code de conduite européen sur l'efficacité énergétique des datacenters" vise à mettre en place un système standardisé, afin de "mettre au vert" ces derniers et d'appliquer un ensemble de pratiques "métier" recommandées. Des initiatives privées tel que "The Green Grid" créent un ensemble de paramètres acceptés au niveau mondial pour l'efficacité énergétique des datacenters.
 
Reconnaissance des économies potentielles
Une chose est certaine, les exploitants s'attachant à mesurer et à optimiser leur consommation énergétique réduisent leurs coûts. Mieux armés face à l'évolution de la réglementation, ils peuvent bénéficier de mesures incitatives. Mais comment savoir où se cachent les gros consommateurs d'électricité ? Et comment optimiser les ressources existantes ? Le consortium "The Green Grid" a introduit les critères PUE ("Power Usage Effectiveness", et DCE ("Data Center Efficiency") qui permettent de comparer et de mesurer l'énergie nécessaire pour stocker et acheminer une information en fonction de l'énergie totale indispensable pour le fonctionnement des datacenters, comme les circuits de refroidissement, les systèmes de sécurité et de surveillance ou l'alimentation des équipements IT.
 
Points névralgiques
L'un des principaux facteurs d'amélioration consiste à analyser la consommation d'énergie de l'infrastructure du datacenter et de déterminer là où il est possible de la réduire. Une étude de l'AFCOM (Association for Data Center Professionals) a montré que le refroidissement des datacenters est en moyenne 2,6 fois trop puissant. En cause : la climatisation, représentant 40 % à 60 % de la consommation totale d'électricité, toujours conçue en fonction des emplacements où la chaleur est la plus élevée. Un simple serveur, constamment à plein régime, peut être à l'origine d'une consommation énergétique faramineuse puisqu'il sollicitera davantage la climatisation.

La suppression de ces points névralgiques représente une réduction potentielle de 20 à 35 % de la consommation électrique. Le but étant d'identifier d'abord quels sont les équipements qui consomment le plus puis de répartir les tâches ou les applicatifs de façon à équilibrer leur consommation électrique et à réduire ainsi la dissipation calorifique et les besoins en climatisation. Avec les rampes électriques intelligentes, le service informatique assure une alimentation continue de l'ensemble du datacenter, suit et maîtrise la consommation électrique de chaque équipement.
 
Planification, mesure et contrôle de la consommation énergétique des datacenters
Dans le fonctionnement quotidien des datacenters, des outils matériels et logiciels permettent de mesurer la consommation électrique des matériels en temps réel et de modéliser le site idéal. Le but : maîtriser et équilibrer leur consommation d'énergie de façon optimale sur l'ensemble du système d'information. Grâce à ces dispositifs, il devient plus facile d'appréhender ou de corriger les fluctuations de la consommation électrique. Ces solutions de gestion de l'énergie fournissent les données nécessaires pour analyser la consommation énergétique de l'infrastructure du datacenter.

Des logiciels de planification, de visualisation graphique et de gestion des datacenters permettent non seulement une exploitation optimale de la capacité disponible, mais également de créer un plan  dynamique du datacenter. Plutôt que d'attendre les directives du législateur, les entreprises ont donc tout intérêt à réduire dès aujourd'hui  leur consommation énergétique et leurs rejets de CO2 pour prendre une longueur d'avance sur la concurrence. Et peut-être éviter de subir, puisqu'elles ont toutes les cartes en main, une réglementation imposée par l'État en devenant éco-responsables.

Autour du même sujet