Le Cloud Computing : ce n’est pas tout ou rien !

Le débat sur le « cloud » se limite souvent à des perceptions selon lesquelles son déploiement est, complexe et fastidieux, et ses avantages difficilement quantifiables. Or, une approche progressive du cloud peut modifier les perceptions "pro cloud" et "anti cloud" des utilisateurs.

On sait que le « cloud computing » est devenu une réalité lorsque des publications telles que le Financial Times ou le Wall Street Journal ont consacré des articles à sa capacité à créer de nouvelles opportunités pour l’économie mondiale.
Malgré cela, le cloud est encore souvent considéré comme une solution « tout ou rien ». Ses adversaires omettent de prendre en compte sa souplesse intrinsèque et sa grande capacité d’adaptation aux besoins en constante évolution des entreprises. Il est surtout important de ne jamais oublier qu’il n’existe pas de nuage « taille unique ».
Si le cloud computing a, dans une certaine mesure, gagné ses galons dans le domaine de la gestion et du déploiement d’applications, il reste dans les entreprises de nombreuses couches plus profondes, où son potentiel est encore à démontrer. En ce qui concerne les systèmes critiques, les solutions hébergées traditionnelles peuvent s’avérer intéressantes dans un premier temps, mais il leur manque la souplesse et l’évolutivité indispensables pour faire face aux changements rapides auxquelles sont régulièrement confrontées les entreprises actuelles — qu’ils soient dus à de fortes hausses de la demande provoquées par une campagne de marketing en ligne ou à la nécessité de conquérir de nouveaux marchés et de nouvelles régions. De même, les offres de cloud public ont tendance à ne pas offrir le très haut niveau de sécurité, de fiabilité et d’évolutivité qu’exigent la plupart des grandes entreprises.
C’est ici qu’entre en scène le nuage informatique « hybride ». Un nuage hybride associe l’utilisation de serveurs partagés et privés. Cette approche bénéficie de la puissance des réseaux d’entreprise et pérennise les investissements technologiques existants, ce à quoi viennent s’ajouter la flexibilité et la rapidité d’évolution du nuage. Globalement, nous considérons que pour les entreprises, cette approche est à la fois plus fiable, plus durable, plus sûre et plus économique sur le long terme.
En réalité, les nuages privés et les nuages hybrides vont cohabiter dans les entreprises encore longtemps, c'est-à-dire tant que les applications critiques et les données qu’elles utilisent restent trop sensibles pour être « délocalisées ». Or, cette approche peut s’avérer très onéreuse à long terme, le système devant être conçu pour fonctionner à une capacité de charge maximale, ce qui est extrêmement inefficace. Les nuages hybrides peuvent résoudre le problème en accueillant les applications qui doivent être administrées sur site, tout en réduisant la maintenance que requièrent les applications moins critiques dont l’externalisation ne soulève guère de problème.
Pour de nombreuses entreprises, collaborer avec un opérateur de réseau peut représenter la solution idéale en vue de migrer vers le nuage selon une approche progressive. En plaçant le réseau au cœur de leur offre « cloud », les opérateurs occupent une position de force, dans la mesure où le socle sur lequel repose leur solution conjugue un haut niveau de performances, de sécurité et d’évolutivité. Un réseau fiable et solide permettra aux équipements et aux applications de bien fonctionner ensemble, d’accélérer les performances économiques et de favoriser l’adoption des technologies mobiles. Des possibilités telles que la mobilité, la sauvegarde, la reprise sur sinistre, les applications en réseau et la sécurité en réseau peuvent être intégrées à la solution et complétées par un ensemble de prestations telles que des accords de niveau de service (SLA), des services d’assistance technique ou une facturation unifiée.
Alors que la flexibilité, l’évolutivité et la réduction des coûts demeurent la priorité des entreprises, la transition vers un environnement de nuage, sous une forme ou une autre, semble inévitable à plus ou moins court terme. Pour nombre d’entreprises, le plus important reste de trouver un modèle de transition apte à tirer pleinement parti de l’infrastructure existante tout en anticipant les besoins futurs, ainsi que de dénicher un fournisseur de réseau compétent pour mettre ce processus en route.

Autour du même sujet