De l'e-économie à l'économie des applications

Les chefs d’entreprise savent que les applications professionnelles constituent la substance vitale nécessaire au bon fonctionnement de leur société. Elles concourent à la performance globale de l’entreprise et soutiennent l'ensemble des activités, des services commerciaux et clients aux opérations financières.

La transition actuelle d'une e-économie vers une économie des applications implique que les organisations s'appuient plus que jamais sur leurs applications. Sans un accès rapide et efficace à celles-ci, une entreprise n’est plus capable de fonctionner correctement. Selon une étude récente[i], 83 % des professionnels de linformatique déclarent gérer plus de 150 applications au sein de leur entreprise. A titre d’exemple, le marché des solutions CRM a récemment été revu à a hausse par le cabinet Gartner, avec une prévision d’un marché de 37 milliards de dollars en 2017 pour les seules applications CRM.  
L'avenir des réseaux et de l'informatique professionnelle ne se définit donc plus uniquement en termes de connexions entre différents équipements mais dans la capacité de prise en charge, rapide et efficace, du nombre croissant d'applications fonctionnant sur le réseau.
 
L'économie des applications dépendra de réseaux intelligents, capables d'évoluer rapidement et de garantir la parfaite fluidité des performances logicielles. Les entreprises s'appuient sur leurs applications pour mettre en œuvre leur stratégie et optimiser leurs performances. Or, ces applications dépendent elles-mêmes des infrastructures informatiques sur lesquelles elles sont installées. Le réseau d’une entreprise est ainsi l'organe vital de toute stratégie opérationnelle, dans la mesure où il soutient à lui seul l'ensemble des processus, de la différenciation sur le marché à la satisfaction client.
 
Aujourdhui, les attentes opérationnelles des utilisateurs font peser une pression extraordinaire sur le réseau sous-jacent. Celui-ci doit permettre à chacun, au sein de lentreprise ou à l'extérieur, de se connecter et dutiliser tout type de fonction basée sur des applications ou sur des données.
Les nouvelles tendances comme le Cloud, le Big Data, l’usage accru de la vidéo ou bien encore l’essor du BYOD (« Bring Your Own Device »), permettant de connecter toute personne à tout objet, sont autant d’exigences technologiques qui  pèsent sur l'architecture réseau et en font un élément indispensable au succès des entreprises.
  L'accroissement du nombre d’applications sur le réseau n'est pas anodin, et les chefs d’entreprise doivent avoir pleinement conscience des limites de leur infrastructure informatique. La complexité des technologies informatiques déployées aujourd’hui peut empêcher un déploiement rapide d’applications et nuire au bon fonctionnement des applications métiers essentielles. À l'heure actuelle, 63 % des professionnels de linformatique déclarent que le déploiement de nouvelles applications prend un mois, tandis que, selon 50 % d’entre eux, les mises à jour nécessitent pratiquement un temps équivalent [ii].
Au quotidien, un temps de chargement trop long, de mauvaises performances, l’incapacité de déployer de nouvelles versions des applications en temps et en heure a des conséquences négatives sur la productivité et impacte l’évaluation des bénéfices de l’application par les utilisateurs.
 
Les infrastructures réseaux et les data centers vieillissants manquent souvent d’agilité car trop complexes. Le système ne dispose pas de l'intelligence nécessaire pour s’adapter aux demandes applicatives qui peuvent affecter la bande passante et les temps de latence. 
De même que l'émergence d'Internet a révolutionné le fonctionnement des entreprises au cours de la décennie passée, l'harmonisation intelligente des applications  et du réseau sera décisif au cours des dix prochaines années.  
Transformer une infrastructure en une architecture davantage centrée sur les applications nécessite une approche radicalement différente : il faut disposer d'un réseau évolutif, modifiable en quelques clics seulement. Souplesse et réactivité des applications déployées seront alors au rendez-vous.
Cette nouvelle structure assurera une mise en œuvre bien plus rapide des décisions et stratégies opérationnelles. Un réseau à l'efficacité accrue se traduit par une optimisation de la productivité des collaborateurs, une satisfaction clients supérieures, mais aussi une diminution des coûts d' interruption de service du réseau. Les réseaux informatiques seront alors capables de s'adapter rapidement, afin de répondre aux diverses exigences opérationnelles : diminution des délais de commercialisation, accélération de la réactivité face à la concurrence, ou expansion opérationnelle rapide.
 
Une approche nouvelle comme l’Application Centric Infrastructure (ACI) permet l'unification des ressources d’infrastructure (réseau, stockage, serveurs, sécurité) supportant les applications.
Elle simplifie la gestion au sein d'un système unique, centralisé et ouvert  quelle que soit l’infrastructure informatique mise en place, physique ou virtuelle. Le réseau parle le langage des applications, et les entreprises disposent désormais de capacités de contrôle simples et précises sur la qualité des services, les contrats de niveau de service et de sécurité. Les profils d'applications
qui offrent une vue détaillée de la configuration informatique idéale pour des applications optimiséesgarantissent l'homogénéité des performances, quel que soit leur emplacement et les modifications apportées sur le réseau.  
La productivité des organisations repose entièrement sur les performances de leurs applications, intrinsèques à la connectivité informatique du réseau sous-jacent. Grâce à une solution ACI, les départements informatiques assurent la fourniture, la modification et la suppression des applications en un temps limité, non plus en plusieurs mois, mais en quelques minutes seulement.

-------
 [i] Source : Enterprise Strategy Group (ESG) Research Report, 2012 Application & Networking Survey
[ii] Source : Enterprise Strategy Group (ESG)

Stockage / Serveurs