L'OOXML de Microsoft devient une norme ISO

La France s'est abstenue de voter, mais ses propositions pour améliorer le format documentaire de Microsoft ont été retenues. Au final, le vote mondial est favorable à Microsoft.

L'enjeu était de taille. Depuis plusieurs mois, l'ISO (International Standard Organization) et ses bureaux nationaux étaient consultés sur la proposition faite par l'ECMA (European association for standardizing information and communication systems) de donner une norme ISO au format documentaire OOXML de Microsoft.

Un processus de consultation ouvert l'été dernier avait laissé la place à un vote préliminaire des différents organes nationaux, en septembre 2007. En France, l'Afnor, l'association française de normalisation, avait voté contre la normalisation à l'ISO du format Ooxml et ce, en émettant des commentaires sur la qualité du format, faisant des recommandations afin que ce format puisse être amélioré et soit considéré comme un standard.

Scinder le format OOXML en deux
Une des recommandations était de scinder le format OOXML en deux, de manière à différencier les spécifications nécessaires à la création d'un nouveau document de celles, placées dans une partie annexe, qui permettent de faire le lien avec les anciennes versions de format documentaire de Microsoft Office.

Ces recommandations, et les réponses faites par l'ECMA à celles-ci, ont ensuite été étudiées au niveau mondial en février dernier, pour donner lieu à une nouvelle délibération qui devait se conclure par un nouveau vote de chacun des pays.

Les participants disposaient alors de 5 jours pour éplucher les 1 100 propositions. Devant l'impossibilité de réaliser cette tâche, un vote global a eu lieu sur l'ensemble des propositions.

Le vote a basculé, l'Afnor préférant l'abstention à un vote négatif.

Dernière étape, les pays devaient rendre leur verdict final un à un, avec comme ultime délai le 29 mars à minuit. En France, l'Afnor, qui avait voté "non" en septembre, se devait soit de confirmer ce premier vote, soit de le modifier si elle jugeait que les propositions de l'ECMA répondaient à ses interrogations et à ses commentaires.

Le rapport de force présentait en France d'un côté les représentants du secteur public, dont la DGE et la DGME, et des acteurs comme IBM, ou bien encore les associations de promotion du logiciel libre, qui refusaient la normalisation du format OOXML à l'ISO.

De l'autre côté, des éditeurs proches de Microsoft défendaient le "oui", arguant la nécessité de sécuriser les investissements des utilisateurs qui utilisent déjà le format OOXML. Selon toute vraisemblance, le "non" devait l'emporter au vu des avis de chacun.

La normalisation va permettre de rappeler à l'ordre les acteurs si jamais les engagements pris ne sont pas respectés

C'est lors d'une ultime réunion tenue le 29 mars, que le vote a basculé, et ce de manière à ce que l'Afnor ne se prononce pas, préférant l'abstention à un vote négatif.

Les raisons de la modification de la position de l'Afnor tiennent à plusieurs évènements, dont de nouveaux engagements de Microsoft France en faveur de la maintenabilité et de l'interopérabilité d'OOXML, et un soutien assez peu attendu de Hewlett-Packard en faveur d'OOXML.

Autres soutiens encore moins attendus, ceux de la DGE et de la DGME, dont la volte face laisse dubitatif, même en interne. Une source interne au ministère précise que "les choix de normalisation ne sont pas qu'une question technique, mais tiennent aussi compte d'impératifs économiques et politiques".

Il faut ajouter que le document final qui contient les spécifications sur lesquelles devait voter l'Afnor n'a pas été produit par l'ECMA. L'Afnor a donc refusé de voter sur une norme dont le document contenant les spécifications ne lui était pas parvenu.

Pour Olivier Peyrat, le directeur général du groupe Afnor, "La normalisation va permettre de rappeler à l'ordre les acteurs si jamais les engagements pris ne sont pas respectés."

Il ajoute que dans le cas de l'AFNOR, "le vote non n'était plus tenable au regard des efforts consentis par l'ECMA pour répondre à nos commentaires. En revanche, le oui posait problème car nous n'avons pas vu la spécification finale ". Car, de fait, Microsoft promet de faire parvenir le document contenant les spécifications rapidement.

Il faut cependant préciser que le non-vote de la France n'a pas eu de conséquence au niveau mondial, puisque le nombre de pays s'étant déclarés en faveur de la normalisation d'OOXML s'est avéré suffisant pour que la normalisation ait lieu.

Microsoft France, de son côté, se félicite de la décision de l'ISO. L'April, quant à elle, juge que "l'ISO vient de prendre un pas désastreux en actant que ses normes sont avant tout une question d'influence politique et non plus une question de réalité technologique".

AFNOR / XML