Olivier Lefassy (PolySpot) : "Les moteurs statistiques répondent à 80% des besoins des entreprises"

Positionné à la frontière de la GED et de la publication de documents, l'éditeur dote son moteur de gestionnaire de taxonomie et d'API d'indexation. La capacité de montée en charge a été revue à la hausse.

Comment ont évolué les attentes des entreprises en termes de moteur de recherche ?

Il y a 5 ans, à chaque fois que l'on parlait de moteur, le réflexe était immédiatement de penser aux masses d'informations et de documents éparpillés dans toute l'entreprise, nécessitant de s'équiper en outils de gestion électronique de documents lourds à implémenter comme Oracle ou encore Documentum. Mais aujourd'hui, l'arrivée d'une deuxième génération d'outils de recherche change la donne.

Ce que nous souhaitons aujourd'hui, c'est proposer des solutions qui aillent au-delà de la simple recherche en touchant désormais à plusieurs domaines : la GED, le collaboratif, la publication de documents, la gestion des taxonomies métiers... Les outils de recherche peuvent même se trouver à la frontière avec la BI et la veille pour analyser des requêtes et tirer des tendances.

Pour autant, l'objectif n'est pas de basculer entièrement dans ces nouvelles frontières mais de jouer à fond sur la complémentarité entre ces différentes approches. Les entreprises qui n'ont pas besoin de mettre en place une vraie GED peuvent ainsi donner une valeur ajoutée à l'information par le biais des moteurs de recherche actuels.

Quels sont vos atouts pour améliorer votre position sur ce marché ?

En tant que moteur statistique, nous répondons à près de 80% des besoins des entreprises, sachant qu'il reste possible de rajouter par-dessus une couche sémantique, par l'ajout de thésaurus et de règles sémantiques spécifiques. Ce type de moteur présente plusieurs bénéfices, notamment en termes de suivi, de maintenance mais également de coûts.

"Nous fournissons le code source de notre interface et une boîte à outils d'API"

Nous comptons également sur notre interface Ajax fournit en standard avec certaines parties de l'index pour nous démarquer et permettre de le rafraîchir de façon transparente et automatique. Notre philosophie, est également de fournir le code source de notre interface aux entreprises afin qu'elles puissent la remodeler comme il le souhaite : nous leur donnons une boîte à outils avec des API de recherche et d'indexation et leur laissons la main libre.

Pour l'année à venir, nous comptons donc poursuivre notre développement (la société a levé 1,2 million d'euros en novembre 2007 auprès de CIC Vizille Capital Innovation, NDLR), et accélérer notre présence à l'internationale pour compléter l'ouverture de nos deux filiales en Grande-Bretagne et en Italie. Nous ne visons pas de rachat pour le moment mais misons sur une politique de partenariat forte, notamment aux Etats-Unis, et allons continuer le recrutement de partenaires-intégrateurs.

Quelles sont les nouveautés concernant votre moteur de recherche ?

Avec PolySpot Enterprise Search 4.0, nous avons voulu mettre au point une version plus scalable, à même de pouvoir traiter plusieurs dizaines de millions de documents et dont les performances ne dépendent plus que de l'infrastructure hardware du client. Si les capacités volumétriques et de montée en charge de la solution permettent de traiter les données contenues dans SharePoint ou encore Vignette, nous avons sorti une API d'indexation pour être en mesure de les attaquer par le biais de Web Services.

En termes de fonctionnalités et de requêtage, nous sommes positionnés sur une spécialité de corpus et de facettes pour exploiter plusieurs lots de résultats simultanément. De même, nous avons élaboré un nouveau gestionnaire de taxonomie et amélioré celui de terminologie pour gérer plusieurs thésaurus métiers différents et ce avec un traitement en temps réel.

Désormais, Enterprise Search 4.0 colle davantage au contexte métier de chaque collaborateur, en permettant par exemple de remonter le filtre de recherche au niveau de l'utilisateur et d'aller chercher des documents directement dans son environnement de travail et ses applications bureautiques Office Word, Excel, ou PowerPoint mais également de messagerie Outlook.

Une autre fonctionnalité permet à l'inverse, quand on est dans un document et que l'on en surligne une partie, un terme ou la page active, de faire remonter des présentations ou documents qui correspondent à ce que l'utilisateur est entrain de consulter.

 

Olivier Lefassy est Président Directeur-Général de PolySpot

Autour du même sujet