Les pirates partisans de WikiLeaks contre-attaquent

Si le site controversé a été victime de multiples attaques en déni de service, ses partisans s'organisent et ripostent. Certaines transactions électroniques de MasterCard ont été touchées.

Cible d'attaques en déni de service pour avoir suspendu le compte de soutien à WiliLeaks, MasterCard a été plus profondément atteint que prévu. Si son site a bien été rendu indisponible, son serveur directeur a aussi été touché. Son service Securecode servant à sécuriser les transactions en ligne, a en effet également été mis temporairement hors service. Le serveur a été depuis basculé vers un site secondaire, mais les clients ont continué à rencontrer certains problèmes de connexion.  


Le site de son rival, Visa.com, a aussi cessé de transmettre les dons de ses clients à la cause de Julien Assange. Le site de Visa a également été victime d'attaques en déni de service. L'une d'entre elles a été signée par "Anonymous" : un groupe de pirates amateurs nés sur le sulfureux forum 4chan. Ce groupe est aussi fortement soupçonné d'avoir été derrière les attaques visant les sociétés PostFinance, PayPal, EveryDNS et d'autres structures ayant volontairement cessé leurs services pour WikiLeaks. Ces pirates s'en sont aussi pris aux sites Web des procureurs suédois qui poursuivent Julian Assange. Le blog de l'éditeur Panda Security souligne cependant que ce groupe est aussi victime de DDoS.


A cela s'ajoute le lancement d'un botnet un peu particulier. En effet, certains des partisans de WikiLeaks acceptent de compromettre leur machine, en téléchargeant un cheval de Troie (nommé Loic) afin d'augmenter la puissance de feu des attaques en déni de service contre ces ennemis de WikiLeaks.

Serveurs / Pirate