SEO : Google ne considère pas tout le contenu dupliqué comme du spam

Estimant que sur le web, le quart du contenu est dupliqué, Matt Cutts essaye de calmer les inquiétudes de ceux qui pensent que dupliquer du contenu déclenche toujours une pénalité SEO.

Comment Google gère-t-il le référencement du contenu dupliqué ? Le moteur pénalise-t-il toujours sévèrement les sites qui proposent un tel contenu ? C'est à ces questions que Matt Cutts, responsable de la lutte antispam chez Google, a choisi de répondre dans sa dernière vidéo. Il faut dire que cette question a fait peur à de nombreux SEO et webmasters, notamment depuis le lancement de Google Panda.

Matt Cutts commence par rappeler que, selon lui, "il y a environ 25 à 30% du contenu qui est dupliqué sur le Web", et que "tout le duplicate content n'est pas du spam". Cependant, explique Matt Cutts, le moteur va bien pouvoir considérer tout ce duplicate content comme le même contenu, et ne va mettre en avant dans ses résultats qu'une seule page présentant ce contenu visible dans d'autres pages. Matt Cutts n'explique pas dans cette vidéo comment le moteur choisit la page finalement mise en avant, mais souligne que les autres pages présentant le même contenu resteront bien accessibles dans les résultats, mais seulement pour les internautes qui souhaitent réaliser une recherche plus poussée.

Selon l'ingénieur de Google, le contenu dupliqué ne déclenche pas toujours les pénalités réservées au spam, et il ne faut pas trop redouter les foudres du moteur dès qu'une page propose du contenu dupliqué ou assimilé comme tel (les longues citations dûment créditées, et les CGV sont explicitement citées comme exemples).

En revanche, Matt Cutts distingue bien ce contenu dupliqué, un peu décrit comme aussi innocent qu'inévitable sur le web, avec du contenu dupliqué qui serait généré automatiquement, sans valeur ajouté, ou qui serait "abusé, déceptif, malicieux ou voulant manipuler l'algorithme". C'est contre les sites proposant ce contenu-là, précise Matt Cutts que "Google se réserve le droit d'agir", c'est-à-dire en pénalisant plus sévèrement leur référencement.
 

Lire aussi notre fiche  : comment supprimer le spam dans Google Analytics

Référencement naturel / SEO black hat