Il y a 5 ans : Internet Explorer se dotait d'un module DRM

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

Microsoft poursuivait le développement de sa stratégie produit autour de la gestion électronique de droits d'auteurs (ou DRM) avec le lancement d'un module conçu pour Internet Explorer.

Positionné depuis longtemps déjà sur ce segment - aux côté d'autres éditeurs comme Novell -, Microsoft s'était lancé quelques mois auparavant dans un vaste chantier visant à redynamiser ses développements dans ce domaine, notamment autour du projet Palladium (visant à introduire un DRM dans Windows Server).

Le DRM d'Internet Explorer était disponible en version beta. Il activait, du côté du poste client, diverses restrictions d'utilisation touchant aux données Web ainsi qu'aux e-mails. Ciblant en premier lieu les entreprises, il pouvait permettre par exemple d'interdire à une personne non-autorisée de copier ou de transférer tel ou tel document, en fonction de son profil ou de son appartenance à un groupe de projet notamment.

L'administration des droits à travers l'outil ? Elle s'effectue par le biais du système RMS de Windows Server. "Au total, ce dispositif vise à encourager l'échange d'informations entre partenaires, en protégeant ces dernières au regard de leur degré de confidentialité", indiquait Steve Ballmer, PDG de Microsoft.

 

Et aussi, du 20 au 27  mai 2003

Redline Networks,spécialiste de l'accélération Web, lève 12 millions de dollars dans son troisième tour de table. Ce financement provient principalement de l'américain Charles River Ventures, avec Advanced Technology Ventures et Ken Oshman, déjà actionnaires. Le montant total des investissements privés réalisés dans Redline Networks se monte maintenant à 24,8 millions de dollars.

L'opérateur de confiance CertEurope vient de conclure une levée de fonds. A hauteur de 1,8 millions d'euros, elle a été notamment réalisée auprès de Guilinvest, Innoveris et OTC Innovation. La société compte tirer profit de cet apport pour renforcer sa structure commerciale, lancer de nouvelles autorités de certification notamment.

Optims, SSII notamment positionnée sur le segment du tourisme, a conclu l'acquisition de l'espagnol Winhotel : un éditeur de solutions basées sur les technologies Microsoft ciblant le domaine de l'hôtellerie. Représentant quelques 250 clients, cette activité s'intègre désormais à la filiale espagnole de la société de services.

DRM / Copyright