Patrice Bertrand (Smile / Woozweb) : "Plus qu'un outil de monitoring, nous voulons être un observatoire du Web français"

Offrir un service gratuit de monitoring tout en créant un observatoire des grandes tendances techniques observées sur plusieurs milliers de sites, telle est l'ambition du directeur général de Smile avec Woozweb.

En quoi consiste votre service Woozweb ?

C'est un service qui possède deux facettes radicalement différentes. Woozweb est tout d'abord un service gratuit de monitoring, somme toute assez classique, qui permet aux personnes qui possèdent un site de vérifier s'il tourne rond, si leur hébergeur n'a pas coupé les vannes en pleine nuit, etc. Le service propose du reporting et des alertes pour pouvoir réagir rapidement.

Deux sondes, l'une française et l'autre américaine, testent en HTTP le site tous les quarts d'heure et, une fois par semaine, un vrai navigateur, avec tous les plug-in, charge une page en entier. Ce dernier point constitue ce que nous appelons du monitoring "basse fréquence".

Cela nous permet d'obtenir un chronogramme de chargement qui nous renseigne sur l'expérience utilisateur mais qui recense aussi tous les composants utilisés. On apprend ainsi pas mal de choses sur les régies publicitaires, le prestataire de mesure d'audience, la gestion du cache, les temps de chargement, si la vidéo ou Flash sont utilisés, etc.

La deuxième facette de ce service est l'aspect "observatoire". En effet, après avoir identifié 6 000 sites comme étant les plus représentatifs de l'Internet en France, nous les avons mis sous monitoring avec les outils que je viens de vous décrire. Nous pouvons ainsi fournir de l'information, à qui le souhaite, de type datamining, statistiques transverses, zoom sur un acteur en particulier, etc.  

Qu'est-ce qui vous distingue d'offres payantes comme celles de Witbe par exemple ?

"Nous proposons une analyse qualitative "basse fréquence"

La vraie différence par rapport à Witbe ou d'autres offres payantes, ce n'est pas la gratuité, mais plutôt la dimension d'observatoire du Web : le monitoring proactif sur un grand nombre de sites, c'est-à-dire un monitoring que personne n'a demandé. C'est cela qui nous permet d'avoir de l'information à offrir à un visiteur occasionnel, et de disposer de statistiques transverses.

Des monitoring gratuits, il y en a quelques uns déjà. Le meilleur est très certainement http://mon.itor.us/ mais il apporte beaucoup moins d'informations que Woozweb. En particulier, il n'a pas tout ce qui est analyse qualitative "basse fréquence", c'est-à-dire à base de chargement complet de la page, qui est nécessaire pour une information complète.

Quelles sont vos ambitions pour ce service ?

Dans un premier temps, nous travaillons à une meilleure extensibilité : nous supportons actuellement environ 12 000 sites, et nous voulons atteindre les 50 000 d'ici à fin juin. Ensuite, nous devons améliorer la notion d'événement, qui est fondamentale, mais mal gérée pour l'instant. L'idée est de devenir une sorte d'agence de presse, c'est-à-dire de créer de l'information originale, de l'information qui n'existe nulle part ailleurs : les événements du Web.

Les événements seront soit des pannes d'une certaine envergure, soit des changements techniques majeurs (de technologie, par exemple de PHP à .Net), des changements de contenus exceptionnels, qui correspondent à des refontes, ou changement de prestataire (hébergeur, régie pub, audience...).

Enfin, une autre voie d'évolution sera d'y coupler une sorte de wiki, qui permette aux gens de renseigner des informations qu'on ne peut pas obtenir automatiquement, par exemple le prestataire qui a fait le site, ou bien des infos techniques internes (base de données...).

Autour du même sujet