French days 2018 : un bon cru plein de promesses

French days 2018 : un bon cru plein de promesses Malgré un délai de préparation court, Cdiscount, Showroomprivé, Rue du commerce et autres RetailMeNot tirent un bilan positif de ce Black Friday à la française.

Que retenir de la première édition des French days ? Cet événement commercial se voulait un Black Friday à la Française du 27 avril au 1er mai. Initié par six grands e-commerçants (Boulanger, Cdiscount, Fnac-Darty, La Redoute, Rue du commerce et Showroomprivé), le succès a été au rendez-vous à en croire ceux que le JDN a interrogés. Plus de 200 sites en ligne ont rejoint l'initiative pour proposer, eux aussi, des promotions. Par exemple, Amazon, Auchan ou Monoprix.

"A nous six, nous représentons une part suffisamment significative du e-commerce français pour réussir le pari de créer un nouveau rendez-vous commercial, même durant une période réputée difficile avec les ponts de mai", se félicite Nathalie Mesny, directrice générale de Rue du commerce. L'événement a permis aux enseignes participantes d'accroître leur chiffre d'affaires durant cette période creuse de l'année, située entre les soldes d'hiver et les soldes d'été. "Ces cinq jours de promotions ont permis une croissance à deux chiffres de notre CA par rapport à l'année dernière", affirme Ferdinand Tomarchio, directeur commercial de Cdiscount. Plus précis, Rakuten PriceMinister a constaté une hausse de 45% de son chiffre d'affaires le premier jour sur un an. Showroomprivé et BeautéPrivée affichent quant à eux une envolée des ventes de respectivement 42% et 75%, en comparaison à la même période en 2017.

"Nous gérons déjà une hausse de plus de 20% d'envoi de colis des marchands par rapport à l'année dernière"

Même son de cloche côté audience. "Nous avons observé une hausse de 49% des visiteurs uniques sur nos sites de bons plans Ma Reduc et Poulpeo par rapport à l'année dernière", complète Meryem Bessieres, directrice marketing chez RetailMeNot, une société qui accompagne près de 8 000 marchands dans leurs promotions digitales. Les French Days ont permis de créer du trafic et de faire de l'acquisition de nouveaux clients. Une démarche nécessaire pour gagner en part de marché pour les marchands.

Du côté des transporteurs, les premiers retours se font sentir cette semaine. "Nous gérons déjà une hausse de plus de 20% d'envoi de colis des marchands par rapport à l'année dernière", constate Jean-Sébastien Leridon, directeur général de Relais Colis, qui compte mieux anticiper la période l'année prochaine.

Les six marchands fondateurs des French Days renouvéleront l'expérience

Plusieurs pistes permettront d'améliorer et de pérenniser l'événement. Rakuten PriceMinister réfléchit par exemple à concentrer les French Days sur la première journée. Celle où le succès a été le plus important, même si tous les marchands ne font pas le même constat. A noter que le délai de préparation fut très court cette année pour convaincre les marchands tiers des places de marché de jouer le jeu. Egalement pour informer les consommateurs à grands renforts de publicités ou encore pour fixer les cahiers des charges auprès des fournisseurs. "Annoncée au grand public mi-avril, l'opération a été montée en deux mois à peine. Un apprentissage des marques et des consommateurs est encore nécessaire", conclut Anil Benard-Dende, directeur général des opérations chez Showroomprivé. Les six marchands fondateurs des French Days renouvelleront en tout cas l'expérience en 2019, en espérant attirer encore plus de grandes enseignes.

Et aussi :

Annonces Google