Info JDN : Pixmania revendu par Vente du diable

Info JDN : Pixmania revendu par Vente du diable Le nouvel acquéreur veut faire de l'ex-star du e-commerce une alternative aux marketplaces généralistes en se spécialisant à nouveau sur la vente de produits high-tech. 

Pixmania change encore de main. La star déchue de la vente en ligne high-tech vient d'être revendue par le spécialiste des ventes privées de produits électroniques Vente du diable. L'acheteur est la société Newpix & Co, créée en mai 2018 dans le cadre de l'opération. Son fondateur, Daniel Saada, est un ancien directeur commercial associé chez le distributeur B2B Extenso Telecom. Le montant de l'opération, finalisée le 28 juin dernier, est confidentiel. Vente du diable, filiale du spécialiste du reconditionnement de produits électronique Remade Group, était propriétaire de Pixmania depuis deux ans.

"Le marché des produits high-tech est de plus en plus fermé et dominé par la GMS, quelques acteurs de la GSS et des e-commerçants généralistes. Nous voulons devenir une porte d'entrée accessible pour les marchands tiers qui souhaitent atteindre le consommateur final", affirme Daniel Saada, nouveau président de Pixmania (à ne pas confondre avec son homonyme ex-directeur de la régie de France Télévision).

Pixmania compte désormais une vingtaine d'employés

Concrètement, la nouvelle équipe dirigeante revient aux origines de Pixmania. "Nous allons cesser de vendre les produits de type linge, jardin ou encore ameublement pour revenir à l'électronique au sens large", assure Sébastien Ouhioun, directeur général de Pixmania. Parmi les autres axes stratégiques : réduire le nombre de pays où le marchand est présent en passant de 14 à 4 (France, Espagne, Portugal et Belgique), baisser le nombre de marchands tiers à quelques centaines d'ici fin 2018, sélectionner des vendeurs uniquement européens pour assurer une bonne qualité de service, et travailler les offres exclusives. Pixmania compte aujourd'hui une vingtaine d'employés.

De son côté, Vente du diable se sépare de Pixmania pour se recentrer sur la vente de produits en propre. Fini pour elles les problèmes avec les vendeurs tiers qui n'ont pas toujours des niveaux  de qualité équivalents... La société changera bientôt de nom pour se baptiser Save. "Il s'agit du nom d'un réseau de boutiques dédiées à la réparation express d'objets connectés, racheté en avril 2017 par Remade et qui compte près de 70 pop-up stores en France", explique Cédric Bagur, directeur général de Vente du diable.

Vente du diable se sépare de Pixmania pour se recentrer sur la vente de produits en propre

Créé en 2000 par Steve et Jean-Emile Rosenblum, Pixmania est un e-commerçant de produits high-tech dont l'ascension et la chute ont marqué le secteur. En 2010, il se voulait leader dans la vente en ligne avec 897 millions d'euros de chiffre d'affaires dans 26 pays et près de 1 400 salariés. Pris dans une stratégie de diversification folle entre site, marketplace et magasins (18 en 2011), Pixmania n'a pas pu résister à la montée en puissance de concurrents généralistes comme Amazon et Cdiscount ou spécialisés comme Fnac et Darty. En 2013, le groupe industriel allemand Mutares rachète Pixmania au distributeur britannique Dixons Retail, qui envisageait de fermer le site à défaut de repreneur. Début 2016, l'entreprise toulousaine Vente du diable reprend l'activité marketplace de Pixmania alors que le site était placé en redressement judiciaire.

Et aussi :

Annonces Google