Régis Schultz (Monoprix) "Nous plaçons un produit de marque Monoprix dans 80% des commandes de notre boutique Amazon Prime Now"

Déploiement de Monop'easy dans tous les magasins de France et succès de la boutique sur Amazon : le président du distributeur français revient sur ses deux derniers projets digitaux stratégiques.

Régis Schultz prendra la parole le 30 novembre prochain lors de l'Adtech Summit dont le JDN est partenaire. Il s'exprimera sur la transformation de la relation entre Monoprix et ses clients avec la digitalisation des usages.

Régis Schultz est le président de Monoprix. © S. de P. Monoprix

JDN. Vous déployez Monop'easy dans tous les magasins de France. Cette solution, qui permet aux clients de régler leurs achats directement via leur smartphone, était testée depuis 2017 dans quelques points de ventes. Quel bilan tirez-vous ?

Régis Schultz (Monoprix). Monop'easy fonctionne bien d'un point de vue technique et il y a un vrai besoin client, c'est un réel succès. Nous sommes fiers d'être le premier réseau de distribution au monde à généraliser un service d'encaissement sur smartphone. Ce déploiement doit nous permettre de préserver l'attractivité des magasins face à Internet. Avec Monop'easy, nous nous attaquons au principal point d'irritation d'une expérience en magasin : l'attente en caisse. Nous l'avions déjà fait avec le service shop and go qui permet au client de laisser son caddie où il veut dans le magasin, pour être livré plus tard.

Monop'easy s'adresse lui plutôt aux clients qui mettent moins d'une minute à choisir les quelques produits qu'ils sont venus chercher et passent cinq à six fois plus de temps en caisse. Ils pourront éviter cette attente en se rendant dans un stand dédié où un collaborateur vérifiera rapidement leur ticket de caisse numérique. C'est un chantier stratégique pour nous car nous générons une grosse partie de notre chiffre d'affaires sur la consommation de snacking pendant la pause déjeuner.

Quels sont les autres points de frictions en magasin que vous aimeriez réduire ?

L'autre sujet, c'est la recherche des produits dans les linéaires. C'est pourquoi nous avons lancé un service mobile dans le magasin Monoprix des Halles qui permet au consommateur d'identifier facilement la localisation du produit qu'il recherche. Nous allons déployer ce dispositif plus largement dans les mois à venir.

Nous avons aussi d'autres chantiers en cours, comme l'accompagnement du consommateur dans sa liste de course. C'est systématique, on oublie toujours un ou deux produits. Nous nous sommes associé à Google Home pour lancer une fonctionnalité qui permet d'assister le client, grâce au machine learning, dans cette tâche. De même, nous avons encore des choses à améliorer dans la livraison à domicile ou dans l'expérience en magasin pour continuer à en faire un moment de plaisir. C'est par exemple la raison pour laquelle nous avons décidé d'agrandir les food courts Monoprix (des halles alimentaires en magasin où les clients peuvent s'alimenter, ndlr).

Sur le Web, vous avez lancé il y a deux mois une boutique Monoprix sur Amazon Prime Now. Quel premier bilan tirez-vous ?

Les ventes ont été deux à trois fois supérieures aux prévisions d'Amazon. Le deuxième jour, le service a même mis été en pause, Amazon étant incapable de mettre suffisamment de véhicules sur les routes pour livrer tout le monde. C'est dire le succès !

Beaucoup de marques sont réticentes à vendre sur Amazon. Elles craignent de créer une habitude de consommation qui profitera à terme aux MDD de la plateforme. Pas vous ?

Nous n'avons aucune hésitation car, contrairement aux marques auxquelles vous faites allusion, nous disposons d'une boutique dédiée chez Amazon. Nous gagnons donc beaucoup de visibilité auprès des clients d'Amazon Prime. Des clients qui ne viennent pas forcément dans nos magasins Monoprix et qui ont l'avantage d'être très fidèles. C'est vraiment incrémental. Et c'est très bon pour notre marque car nous plaçons un produit Monoprix dans 80% des paniers de notre boutique Amazon Prime Now.

Ne craignez-vous pas  une intermédiation d'Amazon et Google Home sur le digital puisqu'ils captent désormais une partie de votre relation avec les consommateurs ?

Quand on est un business, il y a des risques partout. Tout est affaire de perception. Mais j'y vois plutôt l'opportunité de gagner en visibilité et de proposer des services supplémentaires. Je n'ai donc pas d'inquiétudes.

Et toujours :

Annonces Google